Les sectes et leurs dangers

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 17:04

Définition d'une secte


Selon l'ADFI

Un groupe dans lequel on pratique une manipulation mentale qui entraîne endoctrinement, contrôle de la pensée, viol psychique, destruction de la personne et de la famille, voire de la société.

D'après Roger Ikor


Un mot à peu près impossible à définir avec exactitude. D'une façon générale, c'est un groupe totalitaire dans lequel le fondateur est celui qui sait tout, sans autre preuve que sa parole. Ses dirigeants jouissent de la vie et les adeptes travaillent, exploités comme des esclaves au mépris de toute législation sociale, quand ce n'est pas dans la misère psychologique. Conséquences: familles brisées ou dépouillées, jeunes vies ruinées, suicides parfois atroces, délabrement psychique... Le message généralement proposé dénonce les valeurs fondamentales de la civilisation moderne: esprit critique, tolérance, respect de la personne humaine, liberté démocratique, croyance en la volonté individuelle, l'initiative, l'action, le progrès.

Selon la Commission parlementaire française d'enquête sur les sectes

Groupe visant par des manoeuvres de déstabilisation psychologique à obtenir de leurs adeptes une allégeance inconditionnelle, une diminution de l'esprit critique, une rupture avec les références communément admises (éthiques, scientifiques, civiques, éducatives), et entraînant des dangers pour les libertés individuelles, la santé, l'éducation, les institutions démocratiques.

D'après Max Bouderlique


Un groupe totalitaire, qui se sépare de la société, et s'y oppose. Elle est fondée sur des croyances définies une fois pour toutes comme des certitudes rigoureusement intangibles. Elle vit aussi sur un sentiment de persécution. Son enseignement contient toutes les vérités. Les mettre en doute est considéré comme une attaque contre le groupe et le gourou.

Evolution de la notion de secte

"Secte" : un mot piégé

Le mot "secte", en effet, est un mot piégé que chacun risque d'utiliser à sa manière, étant donné qu'il peut revêtir plusieurs acceptions.

L'acception religieuse et sociologique

L'étymologie latine fait apparaître 2 sens complémentaires : secare = couper, et sequi = suivre.
L'Eglise catholique donne la première définition historique en insistant sur le sens de «secare», couper. La secte prend le sens de « sécession d'un groupe par rapport à l'Eglise ». Elle est donc synonyme d'hérésie et de coupure avec la vérité doctrinale.
La sociologie religieuse, au début du XXème siècle, avance une autre définition en privilégiant le sens de «sequi», suivre. Elle présente la secte comme un groupement contractuel de volontaires partageant une même foi exigeante et s'engageant dans ce but à suivre un leader charismatique. Elle établit une rupture avec la société jugée corrompue avec laquelle elle refuse tout compromis.
C’est en référence à un contenu doctrinal ou à une structure sociale, qu’historiquement, le mot ‘’secte’’ a été employé par les historiens, les théologiens, les sociologues. Ces définitions mettent donc l'accent sur une réaction contre un ordre pour suivre une voie marginale, mais elles ne comportent aucune connotation péjorative.

L'acception comportementale

Avec l'avènement des "nouvelles sectes", un glissement et une évolution sémantique s'opèrent.
Le caractère religieux ne constitue plus l’unique source d’inspiration. Les préoccupations ne sont plus seulement d’ordre spirituel, mais aussi philosophiques, thérapeutiques, psychologiques, écologiques, voire même politiques.
Le critère de minorité, n’est plus pertinent, puisque certaines sectes sont des multinationales,
Le critère de marginalité, de non-conformiste, de dissidence religieuse ne correspond plus à toutes les sectes, puisque certaines visent la conquête du monde et tentent de s’infiltrer dans les sphères de décision du monde politique et économique.
Mais l’évolution la plus significative du mot ‘’secte’’ est la connotation négative dont il s’est chargé, synonyme d’intolérance, de fanatisme, de danger.
C'est ainsi que dans le langage courant, dans les médias, dans l'opinion publique, ce terme a fini par désigner les sectes dangereuses, destructrices. On peut même remarquer, que ce mot "secte", qui, bien évidemment, n'est pas l'objet et ne sera peut-être jamais l'objet d'une définition juridique, apparaît de plus en plus, en ce sens, dans les attendus des Tribunaux, des Cours d'Appel, du Conseil d'Etat et de la Cour de Cassation.
Ce mot a donc évolué. Aujourd'hui on l'emploie communément pour dénoncer les groupes totalitaires. Mais tous ne l’entendent pas ainsi.

Ne pas tomber dans le piège des mots

Signe de l’ambiguïté qui s’attache encore au vocable ‘’secte’’, de nouvelles dénominations ont été créées afin de distinguer les sectes religieuses anciennes, de celles qui sont apparues depuis les années 60.

On peut ainsi relever dans les travaux de certains spécialistes, religieux, sociologues, les expressions suivantes : spiritualité marginale, groupes pseudo-religieux, nouvelles sectes, nouvelles religions, nouvelle religiosité, spiritualité alternative, nouveaux mouvements religieux, religions et philosophies minoritaires.
Mais d’autres spécialistes, qui cherchent à lutter contre l’influence des sectes dangereuses, les associations de défense notamment, ne se placent pas sur le terrain religieux, et utilisent d’autres dénominations qualifiant le fonctionnement de ces groupes : ‘’sectes destructrices’’, ‘’sectes totalitaires’’.

Les sectes sous le masque religieux


Les "Sectes sectaires" ont bien compris l'intérêt de cette ambiguïté des termes et l'utilité de se présenter comme des "religions", y compris celles qui, au départ faisaient ouvertement profession d'athéisme. D'autant plus qu'elles espèrent ainsi obtenir certains avantages fiscaux ou juridiques réservés aux associations cultuelles. En se parant indûment d'un masque religieux, elles entendent donner d'elles-mêmes une image d'honorabilité et de respectabilité. Redoutant plus que tout que leur soit appliqué le vocable désormais si péjoratif de "secte", elles veulent être appelées "religions", "églises", ou "nouveaux mouvements religieux". Céder à cette demande serait une erreur grave qui contribuerait à entretenir la confusion, car il est clair qu'il existe des sectes qui ne sont pas des religions, des religions ou des nouveaux mouvements religieux qui ne sont pas des sectes, et que de vieilles religions peuvent engendrer des sectes.
Enfin pour se protéger contre toute accusation, il ne restait plus qu'à invoquer le motif de discrimination en matière religieuse et se déclarer des religions ou des philosophies minoritaires persécutées, victimes de l'intolérance et du mépris.
Dans sa communication au Congrès de Barcelone (25 avril 1993), Alain Vivien, soulignait "que dans leur immense majorité, les sectes placent leurs objectifs sous l'égide du sentiment religieux. Cet affichage permet de protéger ainsi sous un rideau de fumée la banale exploitation de l'homme par l'homme dissimulée sous les notions incontestables de la liberté de pensée, de croyance ou d'association. Il permet aussi à ces sectes de revendiquer de la part des pouvoirs publics un traitement similaire à celui dont jouissent les confessions (qu'elles soient largement répandues ou encore minoritaires) qui se refusent à utiliser des méthodes d'endoctrinement destructives et récusent l'emploi des méthodes de manipulation. Enfin, l'objectif religieux déclaré permet aux sectes de retourner contre leurs adversaires les arguments qu'ils leur opposent : si vous dénoncez mes méthodes, vous me persécutez, c'est vous qui êtes sectaires..."

Eviter l'amalgame

Depuis le milieu du XXème siècle, la quête d’un nouvel art de vivre s’exprime à travers une grande diversité d’expériences d’ordre spirituel, thérapeutique, écologique,... Une multiplicité d’organisations, tentent de répondre à ces aspirations légitimes, cénacles, écoles de pensée, mouvements philosophiques, groupes initiatiques, groupes expérimentaux, associations religieuses, qui ne sauraient être qualifiées de sectaires, tant qu’elles ne se développent pas sous l’égide d’escrocs manipulateurs ou de faux prophètes. Il est à noter par ailleurs que le sectarisme et le conditionnement ne demeurent pas l’apanage exclusif des sectes.
Le sectarisme est une tendance toujours latente en chaque être humain, en chaque groupe ou société, afin d’affirmer sa différence, son identité. Et il arrive que des convictions passionnées tournent au fanatisme et à l’intolérance. De tels risques peuvent apparaître également dans toute institution, ou groupe quel qu’il soit, lorsque des positions idéologiques sont défendues avec acharnement, au mépris du dialogue. Quant au conditionnement, il n’est jamais totalement absent de toute éducation, de tout système social, économique, religieux. Néanmoins, ce conditionnement ne s’exerce pas sur la totalité de la vie des individus, et il reste possible d’exercer vigilance et contrôle par le développement de l’esprit critique.
Dans ces diverses situations évoquées, on ne peut parler de secte tant qu’il n’y pas pratiques de manipulation sur les individus, de contrôle de la pensée, et le régentement des divers aspects de la vie des personnes par un leader ou groupe de pouvoir.
S’il est fondamental de s’interroger sur le fonctionnement des groupes humains afin de détecter la présence de dérives sectaires, il convient cependant d’être attentif à ne à ne pas banaliser le phénomène sectaire en l’assimilant hâtivement à toute situation où se manifestent des formes de conditionnement, de contrainte, une discipline stricte ou même un esprit sectaire, car il existe bien une spécificité du phénomène sectaire, reconnaissable par l’accumulation d’un ensemble de caractéristiques.

Caractéristiques des sectes selon l'UNADFI

Pour appréhender les sectes, l'UNADFI élabore ses critères de discernement à partir d'une expérience sur le terrain. Elle ne se fonde ni sur les doctrines, ni sur les idéologies, croyances ou philosophies.
De même elle ne se pose pas en juge des valeurs véhiculées par ces organismes, mais dénonce les pratiques, agissements et comportements qui déstabilisent l'individu, la famille et la société.
Pour qualifier un groupe de "secte", on retiendra un seul critère : celui de la nocivité ou de l’extrême dangerosité par la conjonction de trois caractéristiques : la manipulation mentale, une triple destruction, et une triple escroquerie.

a) La manipulation mentale

Endoctrinement.
Contrôle de la pensée.
Mise sous dépendance
Pressions

Cette manipulation utilise trois registres de techniques :

la technique cognitive : à partir d’un message séducteur mais réducteur, l’adepte est soumis à un véritable bourrage de crâne, (multiples réunions, cours, stages, séminaires, études, lectures, auditions de cassettes, prières) qui vont lui faire perdre progressivement son esprit critique en ce qui concerne les théories, méthodes et pratiques de la secte.

la technique comportementale, bien connue des psychologues ou des psychiatres, qui consiste à faire poser des actes anodins au départ, mais de plus en plus accaparants, qui provoquent une soumission et une dépendance, entraînant une perte du libre arbitre.
la technique affective : les adeptes passent par trois phases, - la séduction par le message, le leader, le groupe, - la destruction psychologique, - la reconstruction selon les normes du groupe.

b) une triple destruction :

Une destruction de la personne, sur les plans :

Physique : alimentation carencée, manque de sommeil, travail intensif, traitements médicaux dangereux…,
Psychique : altération de la personnalité, du comportement et de l’esprit critique,
Intellectuel : rétrécissement des champs de connaissances extérieures à la secte,
Relationnel : régression des capacités de communication, coupures avec les proches,
Social : rupture avec la société,
Une destruction de la famille : Attaques, injures, calomnies. Eloignement imposé ou suggéré, rupture de la relation parents-enfants. Séparations, divorces induits.
Embrigadement des enfants et obstacles à leur socialisation.

Une destruction de la société :

par une stratégie d'ingérence, d'infiltration, soit par une stratégie du désert.
Soit en demandant à des adeptes d’infiltrer tous les réseaux de la vie économique, politique…
Soit en pratiquant diverses illégalités pour l'expansion du groupe.
Soit en empêchant les adeptes d'exercer leur citoyenneté, en participant à la vie sociale, culturelle et civique de leur pays.

c) Avec à la base, une triple escroquerie :

l’escroquerie intellectuelle : l’adepte est littéralement trompé sur la qualité de la marchandise qu’il venait chercher. Le message séducteur de la secte se révèle réducteur et destructeur.
l’escroquerie morale : si elle n’est pas générale dans toutes les sectes, de nombreux adeptes ont été ou sont victimes d’abus en tous genres.
l’escroquerie financière : par leurs manoeuvres frauduleuses, les sectes parviennent à constituer de véritables empires financiers.

Indices et critères pour reconnaître une secte

Le rapport parlementaire Gest / Guyard de 1996 a identifié dix dangers pour l'individu et la collectivité, permettant de reconnaître une secte :

Dangers pour l'individu
déstabilisation mentale
exigences financières exorbitantes
rupture de l'adepte avec l'environnement d'origine
atteinte à l'intégrité physique des adeptes
embrigadement des enfants
Dangers pour la collectivité
discours clairement antisocial
troubles à l'ordre public
importance des démêlés judiciaires
détournement des circuits économiques
infiltrations ou tentatives d'infiltrations

L'UNADFI reprend ces 10 éléments constitutifs du danger sectaire, en distinguant les notions d'indices, qui sont de nature à mettre en garde, mais ne sont pas spécifiques des groupes sectaires, et les critères, qui eux caractérisent ces groupes.

Les indices :

Le caractère exorbitant des exigences financières.
Les troubles à l’ordre public.
L’importance des démêlés judiciaires.
L’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels.
Les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.
Le discours clairement antisocial.
Les critères spécifiques :
La déstabilisation mentale.
La rupture induite avec l’environnement d’origine.
Les atteintes à l’intégrité physique.
L’embrigadement des enfants.

L'UNADFI ajoute deux autres critères :

L’allégeance inconditionnelle à une personne.
La doctrine incitant à des actes contraires à la législation ou portant atteinte aux droits et à la dignité de l’homme


Dernière édition par le Ven 21 Avr - 19:22, édité 2 fois
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:14

Pourquoi entre-t-on dans une Secte ?


La rencontre sectaire

Attiré par un groupe parce qu’il répond à certains espoirs, un futur adepte n’entre pas par hasard dans une secte. Ni plus faible, ni plus immature, ni plus déséquilibré que les autres, un futur adepte est un sujet ayant des désirs et des fantasmes conscients et inconscients et des aspirations à satisfaire.

Le futur adepte : un sujet en quête

Préoccupé et en situation de difficulté psychique, un futur adepte serait à la recherche d’un mieux-être spirituel, physique et/ou psychologique, à la recherche d’une consolation dans la souffrance. Dans une certaine disposition psychologique, il attendrait une solution pour combler un vide, une coupure, pour résoudre une mésadaptation, pour contenir des angoisses intenses existentielles.

En quête et en attente, le sujet voudrait trouver quelque chose sur lequel il pourrait prendre appui. Et c’est ainsi que le futur adepte va rencontrer un groupe offrant un certain support à ses désirs les plus profonds et une réponse à ses interrogations. Il s’agit d’une rencontre entre un sujet et un groupe sectaire puisque le futur adepte semble être satisfait par ce que lui propose le groupe : les désirs et les fantasmes du sujet entrent en résonnance avec ceux de la secte.

Que propose un groupe sectaire ?

Les sectes prétendent apporter des remèdes aux maux les plus divers, des réponses aux questions les plus variées, proposent des " tout-prêt-à-penser ", des modes d’emploi pour donner un sens à sa vie et leur séduisant programme donne l’impression de pouvoir combler les aspirations les plus profondes de tout être déçu. Aussi, elles offrent à l’adepte l’occasion de recevoir des sentiments particulièrement gratifiants tels que la reconnaissance, l’attention, la flatterie, la fraternité et la solidarité. Ainsi, l’adepte aurait le sentiment d’être quelqu’un, d’appartenir à un groupe et, enfin, son existence prendrait sens. De même, elles apportent un grand soulagement quant aux incertitudes de l’existence. En effet, en proposant des certitudes et un certain mode d’être, la secte prendrait en charge de terribles angoisses que l’individu ne pouvait gérer seul et, ainsi, procurerait un confort psychologique.

En souffrance psychologique, prêt à accepter n’importe quelle promesse de renaissance, le futur adepte trouverait un certain bénéfice à entrer dans un groupe sectaire : il y trouverait une absence de préoccupations existentielles et une sécurité psychique. Aussi, et ne l’oublions pas, victime de manœuvres manipulatrices, un adepte ne pourra renoncer facilement à sa secte protectrice.

Comment entre-t-on dans une Secte, et pourquoi y reste-t-on ?


Il s'agit ici d'examiner, non pas les motifs des futurs adeptes, dont les attentes et espoirs sont légitimes, mais comment les sectes procèdent pour les convaincre d'adhérer, et pour les maintenir dans le groupe.

1ère ÉTAPE : SÉDUIRE ET SUR-VALORISER


En proposant des réponses immédiates, rapides et fermées, aux questions complexes de l'existence (la vie, la mort, la maladie...) à l'intérieur d'un groupe à priori chaleureux.
En utilisant tous les grands thèmes mobilisateurs de notre époque : spiritualité, développement personnel, thérapie innovante, écologie, O.V.N.I....
En valorisant le futur adepte : «Tu es une personne sensible, idéaliste, incomprise par la société. Si nous nous sommes rencontrés, ce n'est pas par hasard, nous avons une grande mission à accomplir.»
En lui garantissant l'épanouissement, la connaissance, la liberté, le bonheur,... s'il suit le chemin tracé par le groupe.

2ème ÉTAPE : ANESTHÉSIER L'ESPRIT CRITIQUE & LA PERSONNALITÉ

En créant des conditions de vie qui empêchent le futur adepte de prendre le recul nécessaire, et qui lui permettraient de réfléchir à son vécu et à son engagement.
En réduisant l'intimité jusqu'à la rendre dérisoire : impossibilité d'être seul un instant, obligation de rendre compte de ses pensées secrètes, de ses émotions, confession obligatoire et dirigée... En modifiant le vocabulaire : le futur adepte doit s'approprier un langage propre au groupe, construit par la secte, et n'yant de sens qu'à l'intérieur de celle-ci. Ce néolangage le prive de communication avec le monde, et en fait, appauvrit sa pensée. (Résultat très exactement opposé à ce qui était proposé au cours de la 1ère étape).
En créant un état de fatigue ; longues journées de travail, conférences, démarchage à domicile ou sur la voie publique, longs temps de méditation, de prière, de formation à la doctrine du groupe.
En introduisant des habitudes alimentaires qui affaiblissent l'individu : régime, jeûne...

3ème ÉTAPE : RENFORCER L'ADHÉSION AU GROUPE ET FAVORISER LES RUPTURES

Rupture avec la famille, les amis, la société. Toutes les informations qui proviennent de l'extérieur sont déclarées suspectes ou manipulées. Toutes les personnes qui critiquent la secte sont décrites comme négatives, dangereuses, ignorantes, ou opposées aux progrès de l'humanité. Elles sont présentées comme seule source d'intolérance. Il est fortement conseillé de ne plus les fréquenter, parfois de les calomnier et éventuellement d'aller jusqu'à les poursuivre en justice. La famille et le milieu d'origine sont parfois déclarés seuls responsables de toutes les difficultés que connaît ou qu'a connu l'adepte.
La société est souvent représentée comme un lieu de perdition, la médecine est suspecte ou inutile, la psychiatrie dangereuse, les religions totalement dépassées, la politique désuète. Seul le groupe conduit par Son Maître, qui s'auto-proclame sauveur de l'humanité, peut guider les hommes sur le chemin du bonheur et de la vérité.
Les adeptes ont alors la certitude d'avoir une mission rédemptrice à accomplir mais, leur dit-on, « la Société a des résistances, des habitudes, des intérêts. On ne vous croira pas, on vous persécutera. C'est ici la preuve que vous êtes dans la vérité. N'en fut-il pas de même pour la plupart des disciples de la paix ? »
Raisonnement habile. Plus on s'oppose à un adepte de front et plus on renforce son adhésion au groupe.
La rupture avec l'univers habituel de l'adepte peut être encore renforcée par l'incitation de la secte à abandonner ses études et/ou à partir à l'étranger (généralement pour une formation ou une mission).

4ème ÉTAPE : RENDRE LE RETOUR IMPOSSIBLE

Le bonheur, la liberté, l'épanouissement ou la connaissance sont promis à chacune des étapes, si bien que l'adepte accepte de souffrir encore plus que ce qu'il pouvait souffrir à l'extérieur, au moment de son engagement, parce qu'à chaque fois, il pense qu'il serait dommage et stupide de s'arrêter si près du but, que toute sa souffrance, et que ses nombreux dons d'argent, n'auraient servi à rien.
On a peur. La discipline est rigoureuse, les punitions sont sévères, la délation est permanente, on craint le monde extérieur, on a des dettes, on redoute des représailles.
On s'est marié à l'intérieur du groupe, on a des enfants... Impossible de partir seul, il faut être deux à le vouloir en même temps.
Les liens familiaux ont été coupés ou sont conflictuels.
Les anciens amis n'existent plus.
L'absence de revenus, de couverture sociale, ou de réelle expérience professionnelle, rendent le départ délicat.
Les déplacements géographiques fréquents ne permettent pas de tisser des liens avec les personnes extérieures au groupe et qui pourraient aider au retour.

Alors on reste, on se laisse faire.

Ces quatre étapes que nous venons de décrire :

1. séduire, sur-valoriser,
2. anesthésier l'esprit critique et la personnalité,
3. renforcer l'adhésion au groupe et favoriser les ruptures affectives, sociales et culturelles,
4. rendre le retour impossible,

tendent à créer progressivement un état de dépendance à l'insu de l'adepte. Celui-ci est alors aux ordres de son maître et peut se transformer en un redoutable fanatique.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:23

Qu'entend-t-on par manipulation mentale


Notion de manipulation mentale dans les groupes sectaires

Dès que l’on parle de secte, nous viennent à l’esprit les notions " lavage de cerveau ", " manipulation mentale ", " contrôle de la pensée ", " viol psychique " pour comprendre l’adhésion à de tels groupes.

Certains se demandent comment devient-on adepte d’une secte ? Comment est-il possible que des personnes puissent croire à de telle absurdités ? Comment les sectes s’assurent-elles l’adhésion totale de ses adeptes ? D’autres s’interrogent sur les changements brutaux de comportements et de personnalité des adeptes : sont-ils responsables de leurs comportements, de leur acceptation, de leur soumission ou sont-ils des victimes ? Et pour répondre à ces questions, la majorité d’entre nous pensent que les sectes ont recours à des techniques ultra-sophistiquées permettant d’embrigader en un temps record. Mais, en définitive, tout n’est pas si simple car le problème est bien plus complexe : est-on libre ou contraint de s’engager dans un groupe sectaire ? L’adepte participe-t-il à ce qu’il vit dans le groupe ou est-il complètement manipulé comme une vulgaire machine ?

D’autre part, il nous semble important de signaler qu’aujourd’hui, dans le domaine de la justice, la dangerosité de la manipulation mentale n’est pas reconnue par les tribunaux, dans le domaine de la psychologie, il n’existe aucune formation universitaire sur l’aliénation au sein du phénomène sectaire et , enfin, dans le domaine de la santé, il n’existe aucune structure d’accueil prenant en charge des anciens adeptes. Pourtant, n’oublions pas que la sectes est destructurante sur le plan psychologique, et desocialisante.

La controverse

La notion de manipulation mentale fait l’objet d’un large débat entre spécialistes. En effet, pour les uns, la manipulation n’existerait pas alors que pour les autres il s’agirait d’une réalité. Mais, là aussi, des divergences existent : certains pensent que, même s’ils sont influencés, les adeptes des sectes demeurent des personnes libres et responsables de leurs choix tandis que pour d’autres, ce sont des victimes totalement manipulées.

Pour Massimo Introvigne, avocat professeur d'histoire et de sociologie des nouveaux mouvements religieux, président du CESNUR (Centre d’Etudes Sur les Nouvelles Religions, Italie), la manipulation mentale n’est qu’un mythe et ne serait qu’une vue de l’esprit ultra-combatif d’associations qu’il qualifie " d’anti-sectes ". De même, Bernard Chouvier, psychologue clinicien et professeur de psychopathologie à l’Université de Lyon, ne peut adhérer à l’idée d’une manipulation mentale pratiquée par les sectes : " Si l’adepte est manipulable dans un sens, il peut l’être dans un autre et un individu " programmé " est susceptible d’être " déprogrammé ".

Cette conception comportementale est trop schématique et excessive. Les échecs qu’elle a connus dans ses tentatives passées de restauration mentale de ceux qui ont quitté la secte en témoignent. Pour Bernard Chouvier, il s’agirait plutôt d’une mise en aliénation volontaire puisque l’être humain ne peut être manipulé sans son accord : " le psychisme n’est pas un bloc de cire modelable à merci et sa transformation une question de technique. " Trop complexe, la relation d’emprise totale ne peut se réduire à la simple idée de manipulation mentale. Entre la secte et l’adepte se tisse toute une gamme de relations à l’autre où, séduit, l’adepte accepte d’être convaincu. Selon Bernard Chouvier, il importe de comprendre l’investissement sectaire en terme de rencontre, et cette rencontre serait sous le signe de l’échange passionnel : l’adepte adhère activement et se laisse entièrement investir par la secte.

Pour d’autres, la manipulation mentale est à la base de l’endoctrinement sectaire. Pour le psychiatre Jean-Marie Abgrall, nous sommes tous manipulables, même si le degré de résistance à la manipulation varie selon les individus et les moments de la vie, et nous sommes tous manipulés que cela soit à l’école, en famille, au travail… Seulement, dans certains cas, cette manipulation se fait coercitive : l’individu perd son libre arbitre et se transforme en marionnette. Selon Jean-Marie Abgrall, la manipulation ne se manifeste que par ses effets. Elle s’articule en trois temps, selon une démarche d’approche, de séduction et de persuasion. Aussi, Michel Monroy, psychiatre et fondateur du groupe d’études sur les sectes GRAPH, estime que la responsabilité des individus séduits par un groupe sectaire n’est pas totale dans la mesure où ils ne détiennent pas l’ensemble des paramètres qui pourraient leur permettre de se rendre compte, dès le départ, du type de mouvement dans lequel ils s’apprêtent à s’engager. Pour Michel Monroy, " le sujet donne son accord à une procédure mais il a méconnaissance de la nature du processus de transformation qu’il va connaître, du résultat final de cette transformation et aussi des finalités des maîtres du jeu ".

Enfin, pour la communauté scientifique, des recherches sont encore à effectuer afin de valider ou d’invalider l’hypothèse de manipulation mentale. En effet, à la demande de la Cour Suprême des USA, l’Américain Psychological Association (APA) a déclaré, dans un mémorandum daté du 11 mai 1987, que les informations étaient insuffisantes pour prendre position sur la question de la fiabilité scientifique des théories du contrôle mental appliquées aux " Nouveaux Mouvements Religieux ".

Qu'entendons nous par manipulation mentale ?

Trop souvent, nous avons tendance à penser qu’un adepte aurait subit un lavage de cerveau pour adhérer à une secte. Selon nous, cette théorie explicative des adhésions aux groupes sectaires doit être différenciée de ce que vit réellement un adepte.
Le lavage de cerveau est une technique spécifique entrant dans le cadre d'une situation bien définie. Lors de la guerre de Corée (1950), des soldats américains capturés et torturés par les chinois furent contraints de suivre un programme visant à vider le cerveau de ses informations antérieures pour le remplir d'autres informations grâce à des techniques coercitives. Ainsi cette notion, par définition, implique contraintes, tortures et emprisonnement. Or, selon les témoignages, les ex-adeptes insistent sur les notions d'engagement et de libre arbitre. Recourir à la notion de lavage de cerveau pour expliquer l'adhésion est inacceptable. Car, selon cette théorie, " lessivé-rincé-essoré " grâce aux toutes dernières techniques de lavage, l’adepte, capturé, emprisonné et isolé ne serait qu’un vulgaire robot dénué de toute émotion, de toute pensée, de toute identité humaine. Seulement, la clinique nous permet de constater qu'il n’en est rien : selon tous les témoignages, les adeptes n’ont pas été torturés pour s’engager dans le groupe sectaire mais plutôt attirés et séduits par quelques promesses de bonheur pour lequel ils sont prêts à payer le prix.

Bien plus pertinente, la notion de manipulation mentale implique l’adjectif " insidieux " qui, selon la définition, a le caractère d’un piège dont l’apparence masque au début la gravité réelle. Grâce à cette notion, l’adepte retrouve son statut de sujet désirant et responsable et, en même temps, un statut de victime puisqu’il y a décalage entre ce à quoi il croit s’engager et ce à quoi il s’engage réellement.

Ainsi, selon nous, la manipulation mentale semblerait être une réalité : elle serait un outil redoutable de contrôle si l’on recourt à des techniques très subtiles qui, détournées de leur but, visent à influencer puis convaincre pour aliéner la liberté d’autrui. En effet, certaines pratiques de mise sous influence peuvent entraîner des altérations des processus de pensée, une déstabilisation au niveau des besoins physiologiques et une déstabilisation psychologique qui renforcent le processus de dépendance et enferment dans un système de croyances. Aussi, la manipulation mentale n’opérerait que si elle est totalement dissimulée : la victime sera persuadée que toutes ses pensées et décisions viennent librement d’elle.

Utilisée avec détermination et préméditation dans l’intention de mettre sous dépendance, la manipulation mentale permettrait une emprise psychologique sur des individus considérés comme des objets dont on pourrait disposer à sa guise. Ainsi, celui qui a recourt à la manipulation mentale se garantirait pouvoir, domination psychique et physique, profits et exploitation financière.

1) Le processus d'embrigadement

Pour obtenir, sans contraintes visibles, une adhésion et une participation active des sujets, le groupe sectaire utilise des masques séduisants, en s’appuyant sur les aspirations des personnes susceptibles d’être intéressées. Ainsi, comme vitrines très alléchantes, seront proposés des programmes de développement personnel, des activités humanitaires, écologiques, commerciales, culturelles et éducatives, des médecines alternatives. Toujours dans le but d’attirer le " client ", les groupes sectaires pourront faire de larges emprunts aux diverses religions et psychothérapies. De même, l’ésotérisme est susceptible de séduire un bon nombre d’entre nous.
Pour mettre en place une emprise psychologique, le groupe propose une initiation progressive obligeant l’adepte à abandonner ses repères habituels et toutes ses références antérieures, excluant toute réflexion critique et incitant à la soumission totale, condition de sa progression, de sa connaissance, de son initiation. Ainsi, l’adepte va contribuer à sa propre transformation en se coupant progressivement de la réalité extérieure et de sa réalité interne.

Puis, la transformation de la personnalité, selon Michel Monroy, se ferait en plusieurs phases. Dans une première phase, il s’agirait de déstabiliser le sujet grâce à plusieurs phénomènes divers tels que les effets de groupe, la mobilisation des émotions, l’isolement et les ruptures, l’encouragement à évoquer le passé, les aveux de difficultés, les séances de confessions et d’auto-critiques, la culpabilisation, la modification des niveaux de vigilance, l’obéissance aux consignes… La seconde phase serait de reconstruire une identité en proposant une rupture définitive avec les doutes et les sentiments d’impuissance, la possibilité de changer le monde en se changeant soi-même. Enfin, dernière phase, renforcer la dépendance physique et psychologique : le groupe apparaît comme un univers de remplacement où l’on trouve identité, relations, activités, idéal, affectivité, explications, certitudes, autorité, projets. Ainsi, ayant un nouveau cadre de vie, l’adepte va progressivement s’isoler des réalités du monde extérieur et considérer le monde profane comme suspect voire dangereux.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:26

2) Les techniques de mise sous influence

Pour qu’un sujet soit en conformité et en fusion avec le collectif, pour qu’il soit totalement imprégné par ce que dit le gourou et pour que son monde ne puisse plus être autre que celui constitué par la secte, de nombreux procédés très divers vont être exploités afin d’anesthésier l’esprit critique et renforcer la dépendance. Tous les groupes sectaires n’utilisent pas les mêmes techniques, n’exploitent pas les mêmes phénomènes. Ainsi, pour comprendre ces procédés de mise sous influence, nous allons en décrire quelques-uns.

-Les mécanismes psychologiques :

Même s’ils en ignorent les théories, les groupes sectaires " jouent " avec le psychisme. Certains mécanismes psychologiques, inhérents à tout individu, vont être exploités et renforcés afin de créer des conditions de vulnérabilité. Ainsi, les groupes sectaires vont tirer profit des pouvoirs de la séduction et de la tendance au transfert, entretenir certaines peurs et inquiétudes, multiplier les promesses et certitudes, développer la culpabilité et valoriser en félicitant et glorifiant. De même, les sectes vont s’appuyer sur certains besoins psychologiques de tout individu : le besoin de sécurité, d’appartenance à un groupe, d’estime et de reconnaissance de soi, de réalisation de soi. Profiter des tendances et des prédispositions psychologiques de chacun garantit engagement, soumission, acceptation et dépendance.

- L’expérience de groupe :

Selon l’état actuel des connaissances en psychologie, l’expérience de groupe est un phénomène d’une grande puissance où tout un ensemble de mécanismes psychiques sont impliqués et mis en œuvre.
Tout d’abord, lieu d’échange, les groupes jouent un rôle déterminant dans la construction psychologique et sociale de l’individu. C’est grâce aux effets d’interactions et d’intériorisation que les groupes interviennent dans la formation de la personnalité et dans le développement cognitif.

Aussi, l’expérience affective dans le groupe est un phénomène crucial. Selon Max Pagès, l’expérience affective est le fondement du lien groupal car elle ne relie pas seulement chacun à tel être particulier mais à tous. Et, c’est cette expérience affective qui gouverne la vie du groupe : " les échanges entre les membres, les sentiments qu’ils éprouvent, le mode de communication qu’ils adoptent, l’organisation du groupe, la tâche à laquelle il se consacre, sa composition même et ses frontières précises, se réfèrent à cette expérience commune qu’ils tentent d’exprimer ".

Les individus participant à un groupe tendent à tisser des liens, à se conformer les uns aux autres, à intérioriser des règles et images communes et à se sentir appartenir à une communauté. Cette dépendance oscille, selon le groupe, entre la coopération et la fusion. Alors que la coopération s’exerce entre des individus identifiés, la fusion comporte le risque de l’aliénation et de la perte des contours de l’identité.

Pour le médecin et sociologue Gustave Le Bon, la fusion serait le risque majeur encouru par l’état groupal : l’unité du groupe serait alors due à une identité des émotions qui abolirait les différences individuelles. Un phénomène d’illusion conduirait à cet état fusionnel du groupe. L’illusion groupale s’exprimerait à travers des propositions du genre : " Nous sommes bien ensemble, nous constituons un bon groupe, nous avons un bon chef " ‘Didier Anzieu, psychanalyste). Cette illusion a pour fonction de remplacer l’identité de l’individu par une identité de groupe de sorte que les individus s’y affirment tous identiques.

Aussi, de nombreux chercheurs constatent que l’influence dans les groupes est permanente : elle modifie les pensées et les comportements, sape les certitudes, crée les idées et stabilise de nouvelles normes.
Enfin, fabrique d’illusions et d’euphorie, porteuse d’excitations et entraînant des états régressifs, la situation de groupe peut s’avérer être dangereuse dans certains cas puisque les défenses sont affaiblies et les désirs sont renforcés chez les membres.

Selon Sigmund Freud, fondateur de la psychanalyse, la situation de groupe entraîne un régression de l’activité psychique c’est-à-dire un abaissement de l’activité intellectuelle, un manque d’indépendance et d’initiative. Aussi, selon G. Le Bon, tout individu incorporé à un groupe subirait des modifications psychiques qui sont en tout point analogues à celles que subit un sujet dans l’hypnose. Enfin, comme le souligne Jacqueline Falguière, psychanalyste, le groupe peut apparaître, dans certaines conditions, comme une " source d’aliénation redoutable " grâce à son pouvoir de séduction et de suggestion. Ainsi, l’on comprend pourquoi les groupes sectaires exploitent, à leur manière, l’expérience de groupe.

- Les psychotechniques :


De même, les groupes sectaires n’hésitent pas à faire des emprunts aux techniques des psychothérapies. Non contrôlée, accessible à tous puisque chacun de nous en un rien de temps peut devenir psychothérapeute grâce à des formations payantes proposées par n’importe qui, la psychothérapie est un outil de " transformation " très intéressant pour les sectes ou futurs maîtres.

Au sens large, les psychothérapies regroupent toutes les techniques thérapeutiques qui visent à agir sur des troubles mentaux, voire des désordres somatiques, par des moyens psychologiques verbaux et /ou non verbaux (corporels, comportementaux…) et, d’une manière plus précise, la relation du thérapeute et du malade (la personnalité du thérapeute compte bien plus que la technique retenue).

D’une grande diversité, qu’elles soient individuelles ou collectives, détournées de leur finalité par certains groupes, la plupart des psychotechniques peuvent être utilisées à des fins de mise sous dépendance. Ainsi, seront utilisés, selon certaines modalités, P.N.L, analyse transactionnelle, rebirth, hypnose, sophrologie… dans le but de déstabiliser les sujets par un travail de remise en question de leurs représentations du monde extérieur et du monde interne, par l’acquisition de nouvelles connaissances et d’un nouveau langage, par la fabrication de certitudes et, enfin de modeler la personnalité grâce à une relation privilégiée établie entre le thérapeute et le patient où la neutralité bienveillante n’existe pas. Instrument de transformation, la psychothérapie peut être exploitée comme un véritable instrument d’aliénation.

- Rupture avec les habitudes, le cadre de vie et les relations :

Enfin, il s’agit d’assujettir les disciplines à un rythme de vie carencé en sommeil, en alimentation car, soumis à un tel mode de vie, l’adepte fatigué aura de plus en plus de difficulté à analyser et à critiquer ce qu’il vit au sein du groupe. Aussi, la privation de sommeil peut provoquer, à court terme, de l’euphorie mais des troubles psychiques importants peuvent aussi se manifester tels que altération de la mémoire, et/ou du raisonnement et une perte totale du sens critique ; stimulant cérébral, le jeûne ou la soumission à des régimes très sévères peut entraîner des complications médicales graves comme un déséquilibre important du système nerveux, stupeur et confusion mentales.

De même, sans moment possible de solitude, surveillé, l’adepte sera invité progressivement à se couper de tous repères qu’ils soient culturels, familiaux, langagiers afin de le déstabiliser, et plus précisément, l’isoler du monde extérieur pour accroître sa dépendance au groupe, devenu unique référence.

Conclusion

Les groupes sectaires s’appuient sur des mécanismes et des phénomènes connus afin de séduire, influencer, convaincre et asservir. Ils utilisent, au détriment de tout un chacun, les opportunités de déstabilisation physique et psychologique. En exploitant certaines spécificités du psychisme, ils méprisent la dignité humaine et les droits de l’homme. Ainsi, notre devoir est de dénoncer leurs pratiques puisqu’elles portent atteinte à l’intégrité de la personne, à sa liberté et à son droit de disposer d’elle-même.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:32

Comment repérer la manipulation mentale ?


Récapitulatif des techniques de mise sous influence : adapté de BCM Cults, "Cults on Campus", 1997.

1. La relation d'autorité

Une hiérarchie qui s'affiche

Qui prône l'acceptation de l'autorité interne en promettant avancement, pouvoir et surtout SALUT.

Des règles intransigeantes

On provoque une régression et une désorientation par le fait de devoir demander la permission pour des actes élémentaires de la vie quotidienne.

Une doctrine déstabilisante

On encourage l'acceptation aveugle et le rejet de la logique par des exposés complexes et interminables sur une doctrine incompréhensible.

Pas de questions

On vise à l'acceptation automatique des croyances en décourageant les questions, et en suggérant d'abandonner ses doutes, condition de toute progression dans l'enseignement proposé.

L'approbation du contrôle

Des actions peu différentes les unes des autres entrainent tantôt une récompense, tantôt une punition. D'où une confusion encore accentuée.

La peur

Les plus anodines pensées, paroles ou actions tant soit peu "négatives" provoquent des menaces sur l'âme, sur la vie ou sur un organe, ce qui entretient l'obéissance aveugle.

2. Le renforcement de l'adhésion au groupe

La pression d'un groupe chaleureux

En exploitant le désir d'appartenance à un groupe, on supprime le doute, la réserve et la résistance aux nouvelles idées.

Le "love-bombing"

(ou Bombardement d'amour.) On crée un pseudo-esprit de famille et d'appartenance par l'embrassade, les démonstrations affectives, l'attendrissement et la flatterie.

La tromperie verbale


On altère l'individualité par une demande de conformité au code de bonne conduite du groupe.

L'annonce de dangers imminents


Menaces qui induisent un climat de peur, permettent d'assurer une emprise sur les individus, et renforcent l'adhésion au groupe.

L'adhésion au groupe

On renforce le sentiment d'appartenance en introduisant dans un contexte émotionnel intense, des activités originales, qui cimentent le groupe par un "vécu" commun.

La psalmodie et le chant

On élimine les pensées étrangères au groupe par la répétition en choeur de chants et de phrases propres à rétrécir le champ de la conscience.

La méta-communication

On insinue avec force des messages simples, en insistant sur certains mots et expressions-clés au cours de longues et harassantes lectures, ou dans des cassettes qu'il faut sans cesse écouter.

L'hypnose

On induit un état de grande suggestibilité par l'hypnose souvent déguisée habilement en méditation.

La culpabilité

L'aspiration au SALUT est exaltée en insistant sur les péchés commis lors de l'ancien mode de vie.

3. L'atteinte à la vie personnelle

L' obligation de transparence

On pousse à l'aveu des faiblesses personnelles et des plus intimes sentiments et doutes, ce qui encourage la destruction de l'ego individuel et réduit la part d'intimité de l'être. Au passage cela permet de récolter des secrets dont on pourra ultérieurement se servir contre l'adepte récalcitrant.

La destruction de l'inhibition

En encourageant l'obéissance infantile et en orchestrant le comportement enfantin ; en jouant aussi sur la pudeur et l'impudeur.

L'entrave à la vie intime


On réussit à faire perdre la capacité d'évaluation logique en empêchant ou en décourageant l'analyse critique personnelle.

Le changement de régime


On contribue à une désorientation et à une grande sensibilité aux bouffées émotionnelles par une alimentation médiocre des cellules nerveuses en certains éléments notamment protéiques.

Le régentement de la vie sexuelle

Là aussi on sème la confusion par des règles où se mêlent et alternent la rigidité et la permissivité ; cela va pour certains jusqu'à transgresser la prohibition de l'inceste, base indispensable depuis toujours de l'identification personnelle et de toute évolution sociétaire.

La fatigue et privation de sommeil

On crée la désorientation et la vulnérabilité, en imposant une activité mentale et physique prolongée sans le repos et le sommeil adéquat.

La dépendance pécuniaire

L'adepte donne ses biens. Ainsi l'on pousse à fond la dépendance vis-à-vis du groupe et l'on consomme la rupture des ponts avec le passé.

Le rejet des anciennes valeurs

On accélère l'acceptation aveugle d'un nouveau style de vie en critiquant et dénonçant les valeurs et croyances antérieures.

4. La coupure avec l'extérieur

L'accusation

On donne une fausse impression de rigueur en dénonçant les défauts du monde extérieur et des autres groupes religieux.

Le remplacement des relations

On détruit les relations familiales antérieures. On arrange des mariages internes et des néo-familles. On déracine géographiquement et spirituellement, au point parfois d'inventer une généalogie fantoche.


L'isolement

On provoque une perte de contact avec le réel par une séparation physique ou intellectuelle d'avec la famille, les amis, l'environnement naturel, la société et les références rationnelles.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:37

Le contrôle de la pensée selon Steven Hassan


Selon Steven Hassan, le contrôle de la pensée est constitué de 4 composantes de base.

I) Contrôle du comportement

1- Contrôle de la réalité physique environnant l’individu

a- lieu de vie
b- nourriture
c- sommeil
d- dépendance financière
e- réduction ou suppression du temps libre, des loisirs
2- Une partie importante du temps est consacrée aux rites du groupe et aux activités d’endoctrinement
3- Nécessité de demander la permission pour toute décision majeure.
4- Obligation de rendre compte des pensées, sentiments et activités à ses supérieurs.
5- Tous les comportements peuvent donner lieu soit à des récompenses, soit à des punitions
6- L’individualisme est découragé. C’est la pensée de groupe, et l’intérêt du groupe qui prévalent.
7- Règlement rigide.
8- Obéissance aux ordres et soumission à l’autorité hiérarchique.

II) Contrôle de l’information


1- Utilisation de la désinformation. Trois possibilités :
a- Rétention délibérée de l’information
b- Déformation de l’information extérieure afin de la rendre acceptable, ou
c- Mensonge absolu

2- Accès découragé ou réduit aux sources extérieures d’information, qui sont de surcroît décrédibilisées et présentées comme " moins intéressantes " :

a- La majorité des médias : livres, articles, journaux, magazines, télévision, radio
b- Informations critiques sur le groupe filtrées ou rejetées d’emblée
c- Rencontres avec d’anciens membres prohibées
d- Occupation constante des adeptes afin d’empêcher la réflexion.
3- Compartimentation de l’information. La doctrine de l’intérieur (" la vérité "), contre celle du monde extérieur (celle du monde).
a- Pas de libre accès à l’information
b- L’information délivrée aux membres diffère selon leur place hiérarchique et leur fonction au sein du groupe
c- La direction décide de qui a " besoin de savoir quoi"
4- L’espionnage au sein du groupe est encouragé
Les membres doivent rapporter à leurs supérieurs les commentaires ou les actes déviants observés chez les autres
5- Utilisation intensive de la propagande et des informations générées par le groupe, présentées comme " seules acceptables "
a- Revues internes, magazines, bulletins, cassettes audio et vidéo
b- Citations biaisées, déclarations extérieures sorties de leur contexte et réinterprétées à la convenance du groupe
6- La confession est utilisée sans éthique comme un moyen de pression sur les membres du groupe.
a- Les " aveux " sont utilisés pour abolir les frontières de l’identité personnelle (réduction de la part d' intimité de l’individu).
b- Les " fautes " avouées sont utilisées pour manipuler et contrôler l’individu. Il n’y a ni pardon, ni absolution, ni secret du confessionnal, tout ce qui est dit est utilisé contre vous.

III) Contrôle de la faculté de réflexion


1- Obligation d’intérioriser la doctrine du groupe comme étant la " Vérité absolue ", dont on ne doit jamais dévier, et que l’on ne doit jamais remettre en question. Cette vérité est souvent présentée dans le cadre d’un combat cosmogonique titanesque, où le groupe incarne les " forces vives du Bien " dépassées en nombre, mais armées d’un savoir ésotérique infaillible (incitation à l’enfermement paranoïaque).

a- Vision manichéenne du monde : tout est " blanc ou noir ".
b- Le " Bien contre le Mal " ; " Nous contre eux " (l’intérieur contre l’extérieur).
c- Tout ce qui est bien est incarné par le chef et le groupe. Tout ce qui est mauvais est à l’extérieur.

2- Adoption d’un langage codé

Les mots sont les outils que nous utilisons pour penser.
L’utilisation de mots nouveaux ou le fait de changer la signification de certains termes permet de contrôler les pensées en opérant une rupture avec les références antérieures et en enfermant l’individu dans un monde stéréotypé. De fait, sa capacité de réflexion est réduite car elle est limitée aux notions autorisées par le groupe.

3- Seules les pensées " bonnes " et " positives " dans l’optique du groupe sont encouragées

4- Techniques d’arrêt de la pensée

- prières, chants, psalmodies à voix haute ou en silence, méditation
C’est la voie la plus directe pour court-circuiter une confrontation douloureuse avec la réalité, en stoppant les pensées " négatives ". Rejet de l’analyse rationnelle, de la pensée critique, constructive, par " la politique de l’autruche ".

5- Les membres sont exercés à ne croire aucune critique concernant le groupe, la doctrine ou le leader.

6- Rejet de toute pensée qui ne correspond pas à la doctrine. Aucune autre forme de pensée n’est envisagée comme légitime ou bonne.

IV ) Contrôle des émotions


1- Manipuler et réduire le champs des émotions (en privilégiant des émotions très intenses et parallèlement une palette d’émotions réduite, où les nuances sont perdues : joie, peur, crainte instinctive, enthousiasme, effusion ou aversion, etc.)
2- Faire sentir à la personne que quoi qu’il arrive c’est toujours par sa faute, mais jamais par celle du leader ou du groupe.
3- Utilisation excessive de la culpabilisation.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:40

De la manipulation mentale à la soumission librement acceptée


L'adhésion à une secte entraîne souvent chez les nouveaux adeptes un changement radical de comportement. Tandis que leur entourage s'en étonne et y voit la marque d'une influence extérieure, les intéressés s'affirment libres et indemnes de toute contrainte. Deux chercheurs français expliquent cette contradiction par le recours à des méthodes de manipulation mentale.

Lorsque quelqu'un «entre» dans une secte (ou, plus exactement, se fait «harponner» par une secte), son entourage immédiat est frappé par la radicalité du changement de ses propos et de son comportement. On ne le reconnaît plus ; ce n'est plus le même. Et dans le même temps, le nouvel adepte s'affirme libre et dégagé de toute contrainte. «Personne ne m'oblige à faire quatre heures de sauna par jour» (pendant deux semaines !), disait un jeune scientologue pendant sa période de «purification»...

Les sectes utilisent, c'est bien connu, des techniques très élaborées de «mise en condition», et qui ont fait leurs preuves. On peut, hélas, le constater. Mais on aimerait comprendre «comment ça marche» et pourquoi certains sont toujours dans la secte après plusieurs années alors que d'autres ont décroché au bout de quelques mois...
Psychologie de la soumission

Quels sont les mécanismes et les facteurs qui font que des personnes en arrivent à faire, en toute liberté, ce que d'autres souhaitent qu'elles fassent ?
Les recherches théoriques sur la psychologie de la soumission appartiennent à des courants de pensée différents et se sont beaucoup développées, aux Etats-Unis notamment, depuis plusieurs décennies. Deux français, chercheurs en psychologie sociale et professeurs d'université, Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, ont tenté d'en faire la synthèse.

Ils sont les auteurs, entre autres ouvrages, d'un «Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens» (presses universitaires de Grenoble, 1987 -231 p.), livre savoureux et impresionnant qui remet en cause les schémas traditionnels du fonctionnement psychologique. Ils ont également publié dans «La Recherche» (n°202, septembre 1988) un article intitulé «La psychologie de la soumission», contribution solide et d'une lecture facile qui ouvre des horizons dans l'approche théorique de la manipulation mentale. Nous en donnons ici les idées essentielles dans les termes mêmes de l'article.

La manipulation mentale

De nombreuses expériences, longuement décrites par Joule et Beauvois, permettent d'affirmer que «lorsque l'on veut obtenir d'autrui qu'il modifie ses idées ou change ses comportements, plutôt que d'adopter une stratégie qui repose sur la persuasion, il est souvent plus efficace d'opter pour une stratégie dite "comportementale" qui consiste à obtenir d'entrée des comportements préparatoires à ce changement».
Ces stratégies «comportementales» sont des stratégies de manipulation puisqu'elles permettent par des moyens détournés d'infléchir les comportements d'autrui comme de peser sur ses idées et ses convictions.

La théorie de l' «engagement» permet de comprendre les mécanismes psychologiques sur lesquels repose l'efficacité de ces stratégies comportementales.
Deux exemples de stratégies comportementales

Premier exemple : « le pied dans la porte »


Principe : demander peu dans un premier temps pour tenter d'obtenir beaucoup ensuite.
Exemple : demander l'heure à un passant avant de lui demander deux francs pour téléphoner.
Il est vérifié que la réalisation d'un comportement préparatoire peu coûteux (généralement accepté par la quasi-totalité des personnes sollicitées) augmente significativement la probabilité que ces personnes réalisent ensuite le comportement visé. A noter que les décisions sont prises dans une totale liberté.

Deuxième exemple : « l'amorçage »


Principe :
a) amener une personne à prendre la décision de réaliser un comportement dont on lui cache provisoirement le coût réel (information différée) ;
b) quand la décision est prise, on complète l'information (ce qui rend la décision moins attrayante) ;
c) on dit à la personne qu'elle peut revenir sur sa décision ;
d) l'effet d'amorçage se traduit par le fait que la personne tend à maintenir sa décision en dépit des dernières informations.
Exemple : des étudiants sont invités à participer à une brève expérience de psychologie. La plupart acceptent. Ils apprennent ensuite que cette expérience aura lieu à sept heures du matin. Ils sont alors invités à retirer ou à confirmer leur engagement.
Les étudiants en question ont accepté une deuxième fois en bien plus grand nombre que ceux d'un groupe parallèle (de contrôle) auxquels on avait dit tout de suite que l'expérience aurait lieu à sept heures du matin.

Les effets des stratégies comportementales


Sur le plan des actes (effet comportemental), on constate qu'un individu peut adopter en toute liberté des comportements nouveaux allant dans le même sens après avoir réalisé ceux que l'expérimentateur (ou le «formateur») lui a extorqués.
Sur le plan des idées (effet cognitif), ces comportements sont susceptibles d'engendrer des modifications sur les croyances et les opinions de celui qui les a réalisés.
On imagine facilement tout le profit que les sectes peuvent tirer de ces mécanismes psychologiques, principalement au plan de l'auto-persuasion !...

Théorie de l'engagement

Cette théorie a été présentée par C.A. Kiesler de l'université du Kansas en 1971. Elle repose sur la notion de «persévération» d'une décision.
L'engagement, c'est le lien qui existe entre un individu et ses actes. C'est un phénomène «d'adhérence» de l'acte à celui qui l'émet. Seuls nos actes nous engagent et seules les décisions s'accompagnant d'un sentiment de liberté donnent lieu à des effets de persévération, conséquence de l' «engagement».

On peut moduler les degrés de l'engagement en jouant sur certains facteurs :

le sentiment de liberté qui est associé à l'acte,
les justifications fournies par l'environnement sous forme de menace ou de récompense. (Il va de soi qu'aux plus fortes menaces ou récompenses sont associés les plus faibles degrés d'engagement),
le caractère privé ou public de l'acte,
la répétition du même acte,
le sentiment de l'individu qu'il peut ou ne peut pas revenir sur le comportement qu'il est sur le point d'émettre,
le caractère plus ou moins coûteux de l'acte.
« Être engagé » s'oppose à « s'engager ». Ce n'est jamais l'individu qui s'engage de lui-même dans un acte mais c'est bien l'expérimentateur (ou le «formateur») qui, en manipulant les circonstances dans lesquelles l'acte va être accompli, engage ou n'engage pas l'individu dans l'acte qu'il réalise. De même, « être engagé dans un acte » s'oppose à « s'engager dans une cause ».

Une soumission librement consentie

Les expériences rapportées dans cette étude autorisent à conclure que « l'on peut obtenir d'autrui qu'il se comporte comme on le souhaite, sans avoir recours à l'autorité, aux pressions, ni même à la persuasion. On peut donc exercer une telle influence sur autrui sans que celui-ci ait à mettre en doute cette liberté qu'il a appris à considérer comme l'un de ses attributs essentiels ».

L'individu « engagé » est un individu libre ou qui se sent libre. C'est la raison pour laquelle Joule et Beauvois ont proposé pour désigner ce phénomène le concept paradoxal de « soumission librement consentie ».
Ces expériences de psychologie sociale et les théories qui en découlent bouleversent les schémas traditionnels qui donnent la primauté au cognitivisme (à la persuasion) pour modifier avec succès les comportements des individus.

Et pourtant, depuis longtemps déjà, la sagesse populaire nous en avait averti : il y a risque à « mettre le doigt dans l'engrenage » !..
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:42

La régression intellectuelle au centre de la manipulation mentale


La plupart des personnes qui approchent de près ou de loin le phénomène sectaire ne manquent pas de s’étonner de la crédulité induite sur les adeptes. Souvent, ceux qui ont connu ces derniers avant qu’ils ne soient séduits par les propositions des gourous ou de leur porte-parole, sont stupéfaits de les voir adopter un discours simplificateur d’où est éliminé tout esprit critique. La surprise est d’autant plus accentuée que souvent ces personnes n’étaient pas antérieurement démunies intellectuellement, comme en témoigne le statut social de certains : membres du corps médical ou paramédical, enseignants, universitaires, cadres d’entreprise etc.

Certes, la vulnérabilité psychologique et affective, qui fait de ces personnes des proies faciles, n’est pas liée au quotient intellectuel, comme le montrent les nombreux cas que nous avons eu à connaître. Ces états aberrants nous conduisent toutefois à tenter, sans prétention aucune, de déceler certaines méthodes employées par les sectes pour conduire à un tel égarement.

Dans ces groupes sectaires, on va souvent invoquer le retour à un passé lointain de l’humanité. On postulera que les ancêtres détenaient un ensemble de vérités que l’évolution de la Société a dilué dans le temps. Il en est ainsi de certains régimes alimentaires par des sages des temps lointains sans parler des bienfaits supposés de thérapeutiques puisées dans la nuit des temps. Pour tous ceux qui éprouvent des difficultés à affronter les réalités du moment pour des raisons diverses, il y a là une opportunité de les fuir impunément : le passé est indispensable à l’équilibre de vie alors qu’il peut être inventé de toutes pièces. Les arguments ne sont pas réfutables, on demande de croire, c’est tout !

De même, symétriquement, les sectes proposeront un ailleurs futur, idyllique bien sûr. Cet univers projeté est construit bien souvent à partir de témoignages de visionnaires autoproclamés qu’il faut, là encore, croire sur parole. Tel a rencontré les prophètes historiques dans un voyage intersidéral, tel autre s’est vu remettre des messages pour participer à l’édification d’un monde nouveau qu’il faudra mériter, bien entendu !
Dans ces deux cas, il y a une double négation, celle, comme nous le disons, de la réalité présente et de l’évolution historique. Tout se passe comme si, d’un coup de ciseaux, on amputait la pensée de sa capacité à appréhender l’environnement tangible et visible. D’où l’invitation pressante faite aux adeptes de rompre avec leurs attaches représentées d’une façon générale par la famille et le milieu social.

Faire ces constatations n’est pas tourner en dérision la spiritualité ou la recherche philosophique. Bien au contraire, ces dernières demandent justement une intelligence libre de connaître, de comprendre, de choisir une voie plutôt qu’une autre. Or, les sectes s’emploient, par stratégie, à rétrécir cette liberté par une altération des fonctions intellectuelles qui nous font reconnaître le temps présent comme réalité inscrite dans une histoire, trajet qui comporte indissociablement passé, présent et futur. C’est le propre des enfants de tenter d’échapper aux affrontements et aux chocs des réalités par le rêve et l'imaginaire. Ainsi, on peut dire que, par ce type de stratagème, les sectes s’emploient à orienter leurs sujets vers une régression infantile.

Pour parvenir à leurs fins, ces groupes vont également pervertir le mode de raisonnement commun à tous les individus quel que soit leur niveau culturel. Tout un chacun confronté à une situation l’analyse à partir d’observations, fait des relations entre les données, se livre à des déductions et en tire des conclusions qui lui conviennent ou non. On pourrait dire, au risque de caricaturer, que c’est un cheminement réflexe, naturel, spontané.

Les sectes orientent volontairement vers un autre type de raisonnement qui, partant d’une apparence de vérité, de faits avérés, va tirer une conséquence fausse et globalisante. Pour l’illustrer, on peut prendre l’exemple des échecs de la médecine dite " officielle ".
Au nom de ces constatations, on déduira que cette médecine est à rejeter en bloc car dangereuse et que, par voie de conséquence, seules les méthodes thérapeutiques de la secte sont valables. En résumé, ce processus falsificateur aboutit à cet axiome, ce précepte : " nous avons raison puisque les autres ont tort ! "
Par cette " pirouette " intellectuelle, l’adepte trouve n’importe quel argument pour justifier la vérité détenue et proclamée par la secte puisque celle-ci est radicale et incontournable. C’est ainsi que, insidieusement, l’esprit critique est laminé et par-là tous les moyens de défense de l’individu anesthésiés.

Autre domaine qui entre dans le champ de la manipulation mentale : le langage. Comme le dit l’auteur de l’excellent ouvrage " Le langage des sectes ", Laétitia Schlesser-Gamelin1 : " La langue constitue pour celui qui l’utilise une prise de pouvoir, même bienveillante, sur le destinataire du message ". Or, ce qui caractérise en particulier les sectes, c’est la création d’un " néo-langage ". Ce thème a été de nombreuses fois évoqué et développé. Aussi, nous ne ferons que le rappeler, c’est par la création de mots nouveaux, ou détournés de leur acception courante, que les sectes exercent aussi leur domination sur l’intelligence des adeptes et leur mode de pensée. Les mots, dans ce cas, ne traduisent plus ce que pense l’individu mais ce qu’il doit penser et faire sien pour intégrer le message sectaire.
S'exprimer par ce langage imposé (jusque dans les intonations) est également un critère d’appartenance à la communauté. Ainsi, inviter à refuser le monde réel, pervertir le raisonnement et faire adopter un comportement où les mots se substituent à la pensée, sont autant d’opérations que les sectes mettent en œuvre pour mutiler l’individu et même l’aliéner progressivement pour des fins que nous ne cessons de dénoncer. Quoiqu’en pensent les défenseurs des groupes prétendus " religieux ", la déviance intellectuelle qui est à la base de l’action sectaire est l’antithèse même de la liberté de conscience de la personne.

Ajoutons pour terminer : comme l’expérience nous le montre, cette " réforme de la pensée " laisse des traces profondes et durables chez les anciens adeptes. Ecoutons-les, aidons-les dans la mesure de nos moyens, à retrouver leur santé intellectuelle qui a été altérée, parfois pendant des années. Il s’agit de mettre ces anciens adeptes en situation de reconquérir leur autonomie et leur identité propre. Il ne s’agit pas pour nous d’idéologie à défendre mais d’humanisme à vivre
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:44

L’état de sujétion dans les groupes sectaires


Du délit de manipulation mentale à l’abus de faiblesse d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique.

La création d’un délit de manipulation mentale, dans le code pénal, n’a pas été retenue suite à de nombreuses interrogations et critiques de la part des représentant des grandes confessions religieuses. Aussi, la Commission nationale consultative des droits de l’homme a estimé préférable de compléter le délit d’abus frauduleux de l’état de faiblesse d’une personne. Ainsi, la nouvelle version de la proposition de la loi About-Picard a suivi cette recommandation en proposant un élargissement de l’article 313-4 du code pénal réprimant " l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse ". Dans cet article, l’état de sujétion est une des conditions favorisant l’abus frauduleux.

Selon la loi About/Picard : " Est puni de trois ans d’emprisonnement et de 500 000 F d’amende l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse soit d’un mineur, soit d "une personne dont la particulière vulnérabilité due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse est apparente et connue de son auteur, soit d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire ce mineur ou cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables ". Les peines encourues sont aggravées " lorsque le délit est commis par le dirigeant ou le représentant de fait d’une personne morale poursuivant des activités ayant pour but ou pour effet de créer, de maintenir ou d’exploiter la sujétion psychologique ou physique des personnes qui participent à ces activités ".

L’exercice de pressions ou de techniques propres à altérer le jugement dans les groupes sectaires.

Quelles sont les techniques mise en place et exploitées par les sectes pour créer, maintenir et exploiter la sujétion psychologique ? De quelle nature sont ces pressions graves ? Et, comment prouver qu’une personne a été amenée à se soumettre et à donner tout ce qu’elle possède en se démunissant affectivement, intellectuellement, socialement, financièrement et psychologiquement ?

Attention, selon nous, il ne faudrait pas tomber dans le piège de juger ou de condamner des techniques de communication, psychothérapeutiques, de développement personnel, de relaxation et des exercices spirituels tels que le yoga, la méditation ou les récitations de mantras. Car, ce ne sont pas ces techniques qui sont en cause. Même si les sectes utilisent toutes sortes de techniques, elles le font d’une façon tout à fait spécifique avec des intentions bien précises. En revanche, il faut dégager les procédés spécifiques des sectes qui visent à aliéner l’individu. Différents selon les groupes sectaires et destinés à régenter l’activité psychique et l’activité physique, ces procédés se situent à plusieurs niveaux : cognitif, comportemental et affectif. Et, les conséquences de ces procédés sont graves sur le plan psychique, physique, intellectuel, relationnel, social et financier.
Ainsi, apparaît très clairement la nécessité d’examiner et d’étudier les procédés exploités et utilisés dans les groupements à caractère sectaire.

Conséquences de ces pratiques au niveau psychologique.

Aussi, pour dénoncer la manipulation mentale pratiquée dans les groupements sectaires, il nous semble très important de connaître les conséquences psychologiques de telles techniques. Car, comment déterminer l’abus et démontrer que l’individu est soumis à un pouvoir destructeur ?
Véritables fabriques d’aliénation, les groupes sectaires ont des procédés qui entraînent des modifications graves au niveau de la personnalité, du comportement de l’individu et de ses relations avec sa famille et le monde extérieur. En effet, à certains procédés, le groupe sectaire amène l’individu à rompre avec son milieu culturel, familial, social et économique ou tout au moins à limiter, au maximum, les contacts avec l’extérieur. Aussi, l’individu perd son autonomie psychique et physique : convaincu et ayant perdu le sens de la réalité et un esprit critique, il ne peut plus se détacher du groupe et ne décode le monde que selon la logique de la secte.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:45

La relation gourou-disciple


De la promesse du PARADIS
à l'expérience de l'ENFER


d'après Dianne Casoni
De la communication de la psychiatre Dianne Casoni au colloque d'Interlaken " Sectes et occultisme. Aspects criminologiques " des 6-7-8 mars 1996 nous n'avons retenu que l'analyse des aspects psychologiques de l'aventure sectaire qui nous a paru particulièrement intéressante. Dianne Casoni dit que bien d'autres éléments entrent en compte dans le processus.

Pour l'auteur, les notions d'endoctrinement et de charisme ne sont pas suffisantes pour expliquer que certains se ruinent ou même laissent leur vie dans l'aventure sectaire. Elle pense qu'il y a rencontre, dans la plupart des cas, des besoins inconscients du leader et des adeptes.

Au besoin d'aduler de l'un (l'adepte) correspond le besoin d'être adulé de l'autre (le leader), au besoin de soumission correspond celui de domination, au besoin de renoncer à ses désirs et volonté propres correspond le besoin de s'arroger toutes les permissions et toutes les libertés sur le premier. Cette interdépendance qui se crée et se cultive au sein du groupe relève d'un type de relation perverse sadomasochiste où chaque partenaire n'existe qu'en fonction de son opposé. C'est une complémentarité " à la vie, à la mort ".

Sans nier que cette perversion puisse être sexuelle, l'auteur centre sa réflexion sur le besoin de l'adepte de se soumettre à un autre imaginé comme " Grand ", comme possédant " la Vérité ", " la Réponse à ses questions ". Grâce à ce rapport d'idéalisation de l'adepte envers le leader, l'adepte se sent puissant et tire une satisfaction narcissique qui le gratifie au-delà des sacrifices que le leader peut exiger de lui. Subjectivement il se sent agrandi par la relation qui le lie au chef et désire conserver comme un trésor précieux ce lien privilégié.

Tout ce qui pourrait en ternir l'éclat devient synonyme d'une menace, d'une crainte que cette relation d'unicité parfaite soit une illusion d'où la nécessité d'ériger une barrière entre initiés et non initiés. Le Bon est dans la secte, le Mauvais est situé dans le monde extérieur, chez les non élus. La promesse du paradis tient donc dans cette relation particulière et sa soumission est jugée par lui comme un acte d'adoration et d'amour qui lui permet de vivre sur terre ce paradis.

Mais le leader de la secte n'est pas plus libre que ses fidèles. Il est lui aussi pris au jeu de l'illusion du paradis sur terre. Son paradis véritable est dans son besoin inconscient que l'adoration et l'idéalisation dont il est l'objet ne cesse jamais. Ceux qui doutent doivent être exclus, ceux qui aspirent à partager sa grandeur déshonorés.

Donc l'équilibre d'une secte ne peut être maintenu que grâce à une extrême vigilance des adeptes entre eux afin de protéger leurs propres privilèges et parallèlement par un contrôle strict de la conduite et de la pensée des adeptes grâce à une ritualisation extensive et l'exigence d'une soumission entière au dogme radicalisé.

L'adepte, protégé du doute par le clivage et délivré de sa conscience par la servilité au leader se sent aimé et protégé. Ses angoisses existentielles sont balayées.
C'est la menace d'effondrement ou la crainte de rupture de l'illusion de ce paradis partagé qui ouvre la voie à l'expérience de l'enfer et de la mort.

Pour le leader l'enfer est constitué par la perte ou la menace de perdre le sentiment de toute puissance que lui confère sa fonction. En effet l'affaiblissement de l'adulation dont il est l'objet est vécue comme une attaque narcissique insoutenable. Tôt ou tard les limites de son omnipotence le font souffrir et l'envie de ce qu'il ne possède pas devient intolérable. Dans le même temps il craint d'être l'objet de l'envie de la part de ses lieutenants et de ses fidèles. La brèche dans l'illusion de sa toute puissance l'entraîne sur le chemin de la méfiance et peut-être même sur le chemin de sa paranoïa.

Malgré tous les efforts déployés par le leader, ses lieutenants et ses adeptes pour maintenir l'illusion d'avoir découvert un paradis, tôt ou tard des émotions humaines échappant au contrôle souhaité par les uns et les autres deviennent la source d'une tension insoutenable au sein de la secte. L’angoisse réveillée, certains sont isolés comme boucs émissaires, identifiés comme responsables du bris de l'illusion, de la brèche dans l'expérience du paradis, de l'intrusion d'émotions et pensées étrangères à celles voulues par le leader et les autres adeptes, en un mot de la projection du Mauvais.

Ce danger de dissolution provoqué par les tensions internes de la secte donne souvent lieu à l'exclusion, au bannissement, parfois même à la mort du membre fautif.
La deuxième forme de menace à l'équilibre du groupe provient de l'extérieur. C'est lorsque la société, par ses représentants, exerce une pression, légitime la plupart du temps, que le risque d'implosion meurtrière devient le plus grand.

La seule issue pour retrouver l'illusion du paradis est de déplacer le lieu du paradis. L'alternative à la dissolution de la secte consiste à intensifier le clivage et la projection de l'idéal, du Bon ailleurs que sur terre. Désormais le Bon se trouvera dans la mort, dans l'Union avec le Grand Tout car toute vie sur terre est décevante et l'angoisse ne sera jamais surmontée.

Mais la liberté de choix est aussi inimaginable dans la mort qu'elle l'était dans la vie. En effet devant cet ultime renoncement, les enjeux psychologiques inconscients qui guident le leader sont exacerbés. Nul ne peut échapper au destin du groupe sans compromettre l'illusion. Ce qui ne pourra être garanti à travers la séduction comme manifestation de fidélité ultime le sera par la force. Tous doivent mourir pour sauvegarder jusqu’à l'ultime moment l'illusion.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:47

Quelques données chiffrées


Il est très difficile de connaître le nombre exact des sectes et à fortiori le nombre de leurs adeptes. Plusieurs obstacles se dressent pour mesurer quantitativement ce phénomène :
Une grande mobilité : des créations de groupes se font tous les jours et d’autres disparaissent, d’autres encore se reconstituent sous de nouvelles appellations.

Une difficulté à repérer le moment où un groupe non sectaire jusqu’ici peut dériver et devenir une secte. Souvent nous sommes informés de l’existence de sectes lors de plaintes ou de scandales, et il est certain qu’en France, des sectes demeurent encore inconnues.
Une difficulté de dénombrer les diverses succursales ou associations gravitant autour d’une secte.

Une difficulté à évaluer le nombre des membres,

parce qu’il n’est pas aisé de distinguer l’usager de prestations proposées par une secte : cours, stages, …, d’un adepte, mais aussi, du fait que les sectes elles même ‘’ne pas sont toujours en mesure de quantifier avec précision le nombre de leurs adhérents’’, comme le relève le rapport Gest/Guyard.

Les chiffres français officiellement retenus sont ceux produits par les renseignements généraux lors de plusieurs enquêtes, et publiés dans deux rapports officiels :

- Rapport Vivien, 1983 (Les sectes en France : expression de la liberté morale ou facteurs de manipulation. - Paris : La Documentation française, 1983, publié en 1985) [épuisé, consultable à l'UNADFI]

116 groupes ou associations,
500 000 personnes directement ou indirectement touchées.

- Rapport Gest / Guyard, 1995 (Les sectes en France. Rapport n° 2468, fait au nom de la Commission d’enquête sur les sectes /Assemblée nationale. - Paris : La Documentation française, 1995, publié en 1996).

172 sectes mères et une nébuleuse d’au moins 800 satellites,
les nombreux groupes se réclamant du Nouvel Age n’ont pas été retenus car ils se situent encore aux ‘’franges sectaires’’
160 000 membres réguliers ou occasionnels environ, ainsi que 100 000 sympathisants.

Ces chiffres demeurent toutefois des indications abstraites, car ils recouvrent des réalités très diverses quant à la structure et l’organisation de ces groupes. Certains ne rassemblent que quelques dizaines d’adeptes, d’autres sont des multinationales.
Les chiffres qui font actuellement le plus souvent autorité, sont ceux du rapport Gest/Guyard.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:48

Comment peut-on sortir d'une secte ?


Les différents cas de sortie de secte relatés montrent tout d'abord que, comme toute autre personne, l'adepte d'une secte est dans une situation unique et présente un caractère propre. Il importe donc de respecter son libre arbitre.

Les témoignages et histoires d'anciens adeptes permettent de distinguer plusieurs types de sortie de secte, selon l'origine du mécanisme qui conduit vers la sortie. On peut ainsi parler de sortie volontaire, d'expulsion, par la secte.

La sortie volontaire

Cette sortie résulte d'une motivation personnelle de l'adepte. Il réalise à un moment donné que, systématiquement manipulé, sa dignité d'homme a été bafouée. Un tel moment est souvent bien localisé dans le temps.

A l'occasion d'un fait quelconque, il se produit tout à coup dans la tête de l'adepte comme un déclic : il voit la réalité autrement. Comme en chimie, il suffit d'ajouter dans une solution adéquate une faible quantité d'un produit pour que l'ensemble cristallise en quelques secondes. Le déclic se produit en effet sur le terrain préparé dans le subconscient où tout un ensemble de gênes, de doutes, de réminiscences, d'inquiétudes se sont accumulés ; un petit fait peut alors être déterminant pour rouvrir la conscience personnelle !

Bien que soigneusement anesthésié par des techniques très efficaces de captation mentale, l'esprit critique de l'adepte n'est pas tout à fait mort ; devant certaines incohérences, incongruités ou immoralités, il peut encore réagir. Les points d'interrogation s'enchaînent alors, amorçant une lente "remontée à l'air libre". C'est pour l'adepte une longue maturation qui commence. Les contradictions de la secte (entre théorie et pratiques par exemple) ou ses choix de vie lui deviennent progressivement, mais aussi inconsciemment intolérables ; il en résulte des hauts et des bas, des certitudes nouvelles mais aussi des peurs... Puis, brusquement il prend conscience de l'imposture initiale ; la décision finale de quitter le groupe intervient alors, encore faut-il "passer à l'acte".

Ce phénomène du déclic est bien réel. Les anciens adeptes savent en général le localiser comme en sont la preuve certains des témoignages précédemment relatés. On n'en connaît pas vraiment le mécanisme, en particulier les conditions de son déclenchement : pourquoi six mois suffisent-ils à certains adeptes pour quitter une secte alors que d'autres y sont encore cinq ans après, voire dix ou même vingt ans ? Tout semble affaire de circonstances et de tempérament.

La sortie volontaire de secte est l'aboutissement d'un long cheminement, bien souvent difficile à vivre par l'adepte car tout est fait dans la secte pour rendre sa sortie impossible (endoctrinement, coupures diverses, pressions psychologiques, phobie du départ, etc...). Lorsqu'il veut ou va sortir, il est à contre courant du groupe dans lequel il a pris l'habitude de vivre ; il est alors seul.

Cette sortie de secte peut être favorisée de l'extérieur. Des personnes qui ne font pas partie de la secte (en général les parents ou les proches) cherchent à aider l'adepte à se retirer. Il s'agit d'utiliser des circonstances favorables (rencontre amicale, séjour en famille...) pour amener l'adepte à modifier son regard sur le groupe auquel il appartient et à surmonter la peur de se retrouver seul. Il faut dans tous les cas attacher une importance particulière au respect de l'adepte, le reconnaissant toujours comme une personne capable de disposer se son libre arbitre ; c'est à lui de décider. Les parents et les proches doivent s'armer de beaucoup de patience et d'amour ainsi que de pas mal d'humilité.

L'exclusion par la secte


Tout autre est la sortie provoquée par la secte. Comme son nom l'indique, elle n'est pas le fait de l'adepte lui-même ; elle lui est imposée avec plus ou moins de violence. La secte (ou plutôt sa hiérarchie) décide de rejeter un de ses membres parce qu'il ne lui convient plus (il ne rapporte plus d'argent, il est malade, il devient gênant par ses paroles ou attitudes, etc...).
Devenu malfaisant aux yeux du groupe, l'adepte en est exclu. Il est alors déstabilisé : il perd l'affection d'amis, la chaleur du groupe ; encore attaché aux références de la secte, il est plein de remords. Il se sent dévalorisé, "au rebut". C'est une situation imposée, subie brutalement sans que l'adepte y soit préparé et parfois sans savoir comment se faire aider.
Il est cependant sorti ! Aux parents et aux proches de lui rapporter maintenant le soutien indispensable.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:51

Conseils et aide aux proches


Comment venir en aide à un adepte enfermé dans le piège d’une secte ?
Que faudrait-il faire, et surtout ne pas de faire ?

Observer pour comprendre

La volonté d’aider une personne présumée victime d’une Secte ou en danger de l’être ne peut reposer uniquement sur une présomption fondée sur des "à priori".
Observer quoi ? Il est important, avant tout, d'observer les signes qui traduisent un changement dans les attitudes et le comportement de la personne.
Il ne s’agit pas pour autant de formuler un diagnostic à partir d’une grille normative et infaillible définissant un profil type de l’adepte.

Chaque individu est unique et nous envoie des signaux qui lui sont propres. Ainsi, la conjonction d’indices significatifs nous permettra d’apprécier relativement les modifications du comportement par rapport à l’image antérieure que nous avons de la personne. C’est donc à un ensemble de manifestations que l’on s’attachera pour apprécier l’importance et le sens de l’évolution du sujet.

Les signes et symptômes

La personne exprime son identité par des formes d’expressions diverses que l’on peut recenser pour servir de guide d’observation des altérations d’une personne sous influence sectaire.

1. Le langage

Le vocabulaire de l’adepte est soudainement composé de mots nouveaux qui ne faisaient pas partie de son répertoire habituel. Ces mots, étrangers au langage commun, n’ont de sens que pour celui qui les prononce et renvoient à une sorte de code interne au clan sectaire.

Ce sont tantôt des néologismes fabriqués de toutes pièces par les inspirateurs de la Secte, tantôt des termes empruntés à des textes de diverses traditions religieuses.
A mettre également au rang de ce nouveau vocabulaire, des mots connus mais utilisés avec un sens détourné.

D’une façon générale, la signification est brouillée et le contenu de la parole n’est accessible qu’aux initiés.
C’est bien connu, " Parler, c’est parler de soi ". Or, l’adepte n’exprime plus ce qu’il est mais ce qu’on lui a imposé de dire et qui est extérieur à lui.

Les changements dans l’ELOCUTION qui est, à l’expression orale, propre à chaque individu. Celle-ci est souvent affectée par l’emprise de la Secte. Le rythme, l’articulation sont modifiés, le ton est monocorde, le débit mécanique, les inflexions qui faisaient reconnaître la personne ne serait-ce qu’au téléphone sont gommées.
Enfin, dans le discours, abondent des citations répétitives.

Cette énumération qui n’est qu’indicative a pour but d’inviter à porter l’attention sur ce symptôme significatif de la transformation de l’individu. Ce qui vaut pour l’expression orale l’est aussi pour l’expression écrite dont la forme est modifiée dans le même sens.

2. L’expression corporelle

La communication avec les autres passe aussi, on le sait, par nos gestes, nos postures, nos mimiques.
Là encore, il pourra être donné d’observer, dans certains cas, des manifestations qui marquent une différence avec les comportements antérieurs.
Elles peuvent toucher :
Le regard, parfois fixe, parfois fuyant, traduisant une certaine anxiété, ou bien porté " ailleurs ".
Le sourire ou absent ou béat.
Les gestes, tantôt excessifs et inappropriés ou tétanisés.

3. Les modes et styles de vie

Les modifications des conduites dans la vie quotidienne sont souvent les symptômes les plus émergents. Ils concernent, en particulier :

Le désinvestissement de la vie familiale, affective, professionnelle ou scolaire.
Le refus de certains loisirs et la désaffection pour les centres d’intérêts habituels.
D’importants besoins financiers, non justifiés par le mode de vie, engageant la personne à solliciter des prêts de proches ou des emprunts bancaires.
Des déplacements en France ou à l’étranger dont le but est gardé secret.
Des participations astreignantes à des réunions ou cycles de formation.
Des sollicitations extérieures répétées par courrier et/ou téléphone.
Ces comportements, en rupture avec ce que l’on connaissait des habitudes de la personne, sont des signaux d’alerte pour les proches et qui font dire " on ne le reconnaît plus ", " ce n’est plus le même ". L’adepte, en effet, a modifié ce qui exprimait en partie son identité.

C’est par l’observation de ces différents signes dont l’énumération n’est pas exhaustive que l’on tentera de confirmer l’impression globale de la transformation de la personnalité sous influence dont les premières manifestations intriguent et alertent : en particulier, les alternances d’agressivité et de repli sur soi. Ces troubles, pour inquiétants qu’ils soient, ne sont pas forcément imputables à une influence sectaire. Ils résultent peut-être de traumatismes, conflits non résolus ou accidents de parcours de la personne, engendrant un " mal-être ".

En revanche, la convergence des symptômes comportementaux évoqués précédemment sont les caractéristiques d’une aliénation sectaire de la personne qui fait qu’elle ne s’appartient plus
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:54

Que faire ? Comment faire ?



Le mode de relations avec un adepte, les moyens à employer pour l’aider sont induits par son état de victime, même s’il apparaît comme complice objectif de la secte à certains égards.

Ainsi dans les échanges, la notion de jugement ne devra pas s’interposer. De nombreux témoignages de transfuges des Sectes révèlent la présence de la culpabilité en dépit des apparences de convictions affirmées. L’angoisse réprimée durant le parcours sectaire engendre une souffrance morale masquée par l’immersion dans le milieu.

De même qu’il est vain, voire dangereux, de dire à une personne en état dépressif : "secoue-toi", il est inapproprié d’inviter un adepte à constater l’anormalité de sa situation et de renforcer ainsi l’idée de faute et d’aberration.

En résumé, c’est la compréhension de ce qu’il vit sans apitoiement et sans réprobation que l’on tentera d’exprimer par son attitude.

A défaut d’une liste de recettes ou de trucs peu compatibles avec l’authenticité et la sincérité de la démarche d’aide, on peut néanmoins proposer quelques conseils, et recenser quelques erreurs à ne pas commettre.

Que faudrait-il faire.

Tout d'abord ne pas s'affoler.
Vis à vis de lui, le plus important :
Si possible, est de GARDER LE CONTACT.
Se montrer positif, calme, ouvert au dialogue.
Reconnaître avec lui qu'il est libre d'entreprendre une recherche, de faire un choix, même s'il se trompe, et qu'il est apprécié pour lui-même au-delà de ses convictions.
Surtout ne pas heurter de front ses convictions nouvellement acquises. N'attaquer, fut-ce avec humour, ni le groupe, ni le « gourou ».
Compter davantage sur la tonalité affective des contacts à établir que sur le contenu rationnel des conversations - ou correspondances - possibles.
Procéder par questionnement, pour comprendre, plutôt que par jugement (ou affirmations) de bon sens. Ne pas se livrer à des démonstrations intellectuelles (montrer qui a tort ou raison, relever ce qui est aberrant...).
Relever, par contre, les contradictions évidentes, sans l'obliger à les justifier : cela ne peut que renforcer son adhésion au groupe.
Apprendre à connaître le vocabulaire du groupe et les conceptions qu'il enseigne. Présentement, ce sont les références privilégiées de l'adepte. Il importe de les connaître pour mieux maintenir le dialogue.

Pour tenter de faire échec à cette référence unique et exclusive, CULTIVER LES OUVERTURES REELLES :


Centres d'intérêt qu'il possédait auparavant.
Souvenirs familiaux ou d'amitié, vécus hors du groupe.

A éviter :


Engager un débat sur le bien fondé des croyances et pratiques de la secte.
Ridiculiser le comportement des membres de la Secte
Comparer son itinéraire à celui de proches, exemplaires à vos yeux.
Questionner sur les motifs qui l’ont fait fuir vers la secte.
Lui envoyer de l'argent, ou en envoyer au groupe. Sans soutien matériel, aucun groupe ne peut survivre. Prévoir plutôt un cadeau personnel et moins facile à transmettre, ou à monnayer.

Se séparer de documents concernant le groupe.
On le comprend aisément, ces interventions ne peuvent que rigidifier l’intéressé dans ses comportements et l’inviter à se retrancher dans son milieu sectaire qu’il juge protecteur en la circonstance face à ce qu’il ressent comme une hostilité.
En revanche, il convient de souligner le caractère constructif de certaines interventions. Le système de rupture sectaire pervertit l’affectivité naturelle des adeptes, gomme des pans entiers de leur histoire personnelle, les éloigne du principe de réalité pour les projeter dans un avenir mythique. Toutes ces pressions ont pour effet de supprimer les repères et de désarticuler l’histoire propre de la personne à partir de laquelle elle s’est construite.

Chaque fois que l’on pourra, avec elle, renouer avec le passé en évoquant des moments forts, partagés avec d’autres, on se donne une chance de l’aider à se reconstruire.
Manifester, à chaque opportunité, que l’affection qu’on lui porte est intacte, que la porte lui est toujours ouverte mais que sa liberté d’en user est respectée, ne peut qu’être porteur d’espoir pour elle.

Donner des informations sur la vie des proches ou des événements de la vie quotidienne participent à la dédramatisation de la situation et montrent à l’intéressé qu’il existe une autre vie en dehors de la Secte.

Si la personne en prend l’initiative, faciliter son expression sur ce qu’elle ressent et vit sans porter d’appréciation, mais en manifestant un intérêt sincère.
La partie à jouer est, ne la cachons pas, une partie difficile. Pour établir son plein pouvoir, la secte va s'efforcer de détruire ce qui s'y oppose de la façon la plus efficace : les liens familiaux et amicaux. Aussi il ne faut pas désespérer, ni se laisser culpabiliser par qui que ce soit, ni intimider par des campagnes de pressions qui pourront utiliser la calomnie, les menaces ou le chantage. On peut s'attendre aussi à des offensives de charme à votre égard de la part du groupe et de votre proche lui-même pour tenter de vous neutraliser : ne vous laissez pas séduire. Naturellement il ne peut être question de donner de l'argent ; ce serait apporter un soutient matériel au groupe et donc l'aider à survivre et à prospérer.

L'avis d'un avocat, d'un psychiatre ou psychologue peuvent être utiles voire indispensables pour aider la famille à comprendre la situation.
Faut-il abandonner la partie parce que l'intéressé est majeur et que certains diront "qu'après tout, il sait ce qu'il fait" ? Certainement pas. Et s'il dit lui même agir en pleine conscience et en pleine liberté de choix, ceci est loin d'être prouvé.

EN CONCLUSION :

Toutes ces recommandations sont au service d’un objectif majeur : MAINTENIR ou RENOUER LE LIEN avec le milieu d’origine, sans effraction, la finalité étant que l’adepte se " RE-CONNAISSE ", lui qui est devenu un AUTRE.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 18:57

La relation d'aide à un adepte


Toute la famille ainsi que les amis sont appelés à apporter leur contribution, chacun selon ses compétences et ses possibilités. En s’engageant dans une relation d’aide, personne ne sait le temps qu’elle durera. Elle peut s’échelonner sur plusieurs années.

En aucun cas, il ne faudrait sous-estimer la gravité du processus de soumission sectaire et espérer que le sujet prenne conscience de sa dérive et soit assez lucide et fort pour s’en sortir seul : l’adepte, attiré, manipulé, embrigadé a perdu son esprit critique, la capacité de penser par lui-même. Aussi, il ne faudrait pas tomber dans le piège de se dire que l’on ne peut rien faire sous prétexte de respecter le libre arbitre et le libre choix de l’adepte. De même, n’avoir plus aucun autre recours que l’intervention musclée serait adopter une position violente qui renforcerait le discours des sectes sur la famille.

Le but de la relation d'aide

La sortie volontaire de la secte est l’aboutissement d’un long cheminement, difficile à vivre puisque tout est fait dans la secte pour rendre la sortie impossible. Le but de la relation d’aide est d’aider l’adepte à prendre conscience qu’il est tombé dans un piège. Il s’agit d’utiliser des circonstances favorables (rencontres, séjour en famille) pour amener l’adepte à modifier son regard sur le groupe auquel il appartient et à surmonter la peur de se retrouver seul. Seulement, personne ne peut amener l’adepte à modifier sa perception du groupe sinon lui-même grâce à des auto-interrogations et des remises en question. Ainsi, le rôle de l’entourage serait de créer les conditions nécessaires pour que l’adepte piégé dans une secte progresse et échappe à la prison mentale que constitue le contrôle de la pensée en l’accompagnant dans sa réflexion et dans ses questionnements c’est-à-dire lui permettre de penser en dehors du groupe sectaire.

Relation d'aide versus relation sectaire

Il nous semble nécessaire d’avoir à l’esprit quelques caractéristiques à la base des groupes sectaires afin de proposer une relation de qualité qui serait opposée à celle proposée par le groupe. Selon nous, les plus significatives pour notre exposé sont l’intolérance, l’absence de respect de la personne humaine, la pensée unique et, enfin, la dépendance.

Par définition, l’intolérance est la tendance à ne pas supporter, à condamner ce qui déplaît dans les opinions ou la conduite d’autrui. Aussi, elle aboutit à un rejet condamnant tout ce qui n’est pas sa propre vérité. Et, bien souvent, intolérance et rejet provoquent un sentiment de haine pour tous ceux qui ne partagent pas les mêmes valeurs.

De plus, un individu sectaire, un groupe sectaire ne tient pas compte de la liberté de penser, d’agir de l’autre, de ses besoins et de son existence. Il y a absence de respect de la personne humaine.

Troisième caractéristique, la pensée unique. Si un adepte doute de ce qu’on lui enseigne, on lui apprend à nier ses propres idées, ses impressions, ses expériences, ses émotions. Car, tout ce qui contredit l’idéologie du groupe est une voie d’erreur et n’a aucune réalité. Ainsi, toute initiative, toute pensée personnelle, toute créativité individuelle doit être réprimée et la personne en désaccord avec la doctrine se voit culpabilisée voire exclue de la chaleur du groupe tant désirée.

Enfin, la dépendance vis-à-vis d’une idée, d’une technique, d’une personne se manifeste par une absence d’autonomie, une absence de libre arbitre, une absence d’ouverture d’esprit, empêche toute possibilité de remise en question et étouffe l’esprit critique.
Ainsi, lorsque chacun est invité à réfléchir et à être tolérant, la relation proposée repose sur une démarche opposée à celle d’un groupe sectaire. De même, il est important de respecter la vérité car les milieux sectaires favorisent les mensonges ; de se respecter et respecter l’autre c’est-à-dire ne pas accepter l’intolérable pour soi et accepter le choix de l’autre ; d’être ouvert au dialogue où chacun peut s’exprimer librement avec l’assurance d’être écouté ; d’éviter de mettre au pied du mur l’adepte en le pressant de questions et en lui lançant des ultimatums sous peine de voir les ponts coupés définitivement, et enfin, de faire taire toute agressivité afin de maintenir une relation malgré la pression du groupe.

S'engager dans une relation d'aide

Dans son attitude, la famille et l’entourage devraient d’entrée marquer sans aucune ambiguïté leur refus total de toute collusion avec la secte, ses pratiques, ses idées, ses théories. Aussi, il y a lieu de refuser toute forme d’aides financières. D’autre part, l’amour familial doit rester intact et sans condition. Seulement, la chaleur de l’entourage affectif ne doit pas devenir envahissante car l’adepte qui envisage la possibilité de quitter sa secte ne peut être motivé que par le manque de liberté qui pèse sur lui.
Préserver la chaleur familiale et/ou amicale

Avant tout, et selon Bouderlique, il faut essayer de maintenir ou de rétablir les liens de sympathie, de créer des liens de confiance et de donner des marques d’estime qui puissent rompre l’isolement de l’adepte dans son monde sectaire. L’adepte doit être certain qu’il peut compter, s’il veut quitter la secte, sur une aide déjà acquise et sans reproches. En lui rappelant les expériences positives du passé, les souvenirs familiaux, les centres d’intérêts que l’adepte possédait auparavant, tout le vécu hors du groupe, vous l’aiderez à reconnaître qu’il est possible d’être heureux en dehors de la secte mais, surtout, vous toucherez et renforcerez la partie " intacte " de sa personnalité. Aussi, pour l’adepte, renouer avec son passé, c’est fort probablement transgresser une des directives de la secte.

Ne pas heurter de front les convictions de l'adepte

Grâce à des techniques élaborées s’appuyant sur les découvertes les plus récentes de la psychologie et de la sociologie, l’adepte a été manipulé pour être capté, embrigadé et endoctriné. Comment pourrait-on souhaiter qu’il accepte que ses croyances soient fausses !? Ainsi, toutes discussions doctrinales seront refusées car elles sont inutiles. En effet, selon Bouderlique, à trop argumenter sur les enseignements et la doctrine du groupe, on court le risque de provoquer une réaction de justification qui contribue à ancrer l’adepte dans son discours : l’ébranlement des croyances donne passage à une angoisse qu’elles maintiennent refoulée et, trop insupportable, se traduit par l’apparition d’une agressivité de défense (ou par une acceptation des critiques qui n’est que pure façade, et renforce le sentiment d’isolement au sein de la famille).

Aucun argumentaire fondé sur la plus convaincante logique et sur les preuves les plus indiscutables ne saurait à lui seul suffire à décider un adepte à quitter le havre de sécurité psychique qu’est pour lui la secte. Il est nécessaire qu’il puisse apercevoir clairement les problèmes affectifs qui l’y ont mené et qu’il puisse être convaincu qu’il existe pour lui une meilleure solution.

Plus que de chercher à condamner, dissuader ou convaincre, on s’efforcera de montrer qu’il existe d’autres possibilités de penser et de vivre.

Rétablir le dialogue

Comme nous l’avons vu précédemment, ce n’est pas un hasard si on se laisse entraîner dans une secte (il y a des moments précis de la vie, où les personnes sont en recherche ou en situation difficile conjuguée avec un certain degré d’isolement, et plus ou moins réceptives au discours de la secte). Il faut donc essayer de comprendre les raisons qui ont motivé l’adepte à faire confiance à ce groupe et découvrir les réponses que le groupe semble apporter.

En fait, il s’agit d’amorcer le dialogue en procédant par un questionnement ouvert et amical, en introduisant des sujets de réflexion, en échangeant des points de vue. Le caractère délicat de ces interventions tient en ce qu’elles ne doivent en aucun cas être imposées ou forcées en quelque manière que ce soit. Aussi, selon Bouderlique, il ne s’agit pas de porter un jugement, d’expliquer qui a tort et qui a raison, de convaincre à tout prix, de relever des aberrations, ni de faire semblant d’approuver le discours sectaire, ce qui serait malhonnête, ni de désapprouver avec violence, ce qui risquerait de mettre un terme à tout échange. Mais il est important d’inviter l’adepte à s’exprimer librement sur son groupe et les circonstances qui lui ont permis de le connaître. De même, écouter l’adepte dans une bienveillante neutralité lui offre certaines conditions de sécurité de penser dont il ne jouit plus dans la secte. Par là, il peut enfin se parler à lui-même en toute liberté et sans crainte de condamnation.

Une attitude de curiosité attentive constituerait la position la plus efficace à adopter. Pour cela, il faut établir le dialogue en émettant le moins possible de jugements. Très souvent, on verra alors que l’adepte éprouve le besoin de s’ouvrir au dialogue, un grand besoin de parler de lui-même, de ses goûts et ses choix, et qu’il n’est pas insensible à l’intérêt qu’on lui manifeste. Ce sont les premiers pas vers un véritable échange. Ce besoin de s’exprimer, souvent réfréné ou utilisé par les dirigeants de la secte à leurs propres fins, s’ouvre alors comme un véritable torrent.

Réveiller l'esprit critique

Aider un adepte à se sortir d’une secte consiste à réveiller le sens critique soigneusement anesthésié par le processus sectaire. Dans " Les sectes : Guide pour aider les victimes ", Yves Casgrain propose une approche d’intervention très intéressante.

Il s’agirait de demander à l’adepte quels sont les aspects physiques, psychologiques, spirituels positifs du groupe dans lequel il se trouve. Puis, de poursuivre en lui demandant s’il existe à sa connaissance d’autres mouvements capables de lui apporter les aspects positifs qu’il vient d’énumérer. Selon Yves Casgrain, dans la mesure où l’adepte aura pris conscience que son groupe n’est pas le seul à pouvoir lui apporter ce qu’il attend, il aura fait un premier pas vers l’indépendance.

Ensuite, il s’agirait de l’interroger sur les aspects négatifs du groupe et de l’aider à poursuivre sa réflexion en lui demandant " s’il croit pouvoir changer quelque chose à la situation négative qu’il vient de décrire, s’il a l’intention d’en discuter avec le responsable, comment ce dernier accueillera ses remarques, s’il le laissera critiquer librement le mouvement. " Si l’adepte est convaincu que son leader va l’écouter, on pourrait lui suggérer d’aller lui parler sans tarder. S’il refuse, lui faire remarquer qu’il n’a pas à avoir peur de le faire puisque de son propre aveu le leader du groupe est un homme qui laisse ses adeptes (ou " disciples ", " élèves ") s’exprimer en toute liberté. S’il s’obstine dans son refus, demandez-lui pourquoi il hésite à s’ouvrir à son leader qu’il considère comme bienveillant.

Quelques réactions inefficaces à éviter

Selon Steven Hassan, lorsque l’on ne comprend pas le contrôle de la pensée ni les pratiques des sectes, il est facile de tomber dans certaines erreurs de comportement.

En voici quelques-unes unes tout à fait significatives :

Ressentir de façon excessive un sentiment de culpabilité et de honte : une personne dans cette disposition psychologique aurait beaucoup de difficultés à demander de l’aide à des amis et un soutien aux professionnels. Aussi, la culpabilité entraînerait un non-respect de ses propres besoins alors qu’il est très important que la vie continue : il est nécessaire de se reposer, de se détendre pour ne pas entrer dans la sphère de l’obsession, et ainsi de l’aliénation freinant toute action.

Réagir de façon disproportionnée : un adepte peut s’enfoncer beaucoup plus profondément dans la secte en entendant des tirades où l’on emploie à tort et à travers les mots " secte " et " lavage de cerveau ". Ainsi, en évitant d’employer ces mots nous maintiendrons une relation de confiance permettant de recueillir des informations : plus on obtient d’informations sur le groupe, mieux on saura ce qu’éprouve l’adepte.
Loin d’être une mission impossible, il est difficile de sortir d’une secte puisque tout y est organisé pour garder les adeptes : la séduction et la survalorisation, l’anesthésie de l’esprit critique et de la personnalité (présentées comme indispensables pour se rapprocher de Dieu, ou pour atteindre un grand but altruiste), les ruptures favorisées, une discipline rigoureuse, de sévères punitions, la crainte du monde extérieur…

Grâce à sa volonté et à l’appui de son entourage, l’adepte s’éloignera peu à peu de la secte. Néanmoins, prêt à ne pas lâcher prise, le groupe peut tout essayer afin de le relancer : on lui reprochera de trahir l’amitié et d’être ingrat. Aussi, l’ancien adepte recevra des avertissements pouvant aller jusqu’à des menaces de représailles physiques contre lui-même et sa famille. De même, il pourra subir des chantages ayant pour objet de ruiner sa réputation et subir des campagnes de harcèlement téléphonique. Il ne faut pas en tenir compte.

Nous vivons en démocratie. Si les gourous s’en prenaient réellement à tous ceux qui les quittent, ils seraient vite inculpés, et ce n’est pas ce qu’ils cherchent. Ils essaient d’avoir l’ancien adepte au bluff. Mais, sachez que si la pression persiste, vous pouvez riposter en accumulant quelques preuves écrites et en menaçant de porter plainte ou de communiquer ce dossier à la presse. Ces quelques marques de détermination sont généralement suffisantes pour dissuader les gourous, et les persuader que leur intérêt se trouve ailleurs.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 19:02

Droits et protection des enfant


Comment les sectes portent-elles atteinte aux Droits de l’Enfant

Chaque année, une Journée nationale est organisée en France, le 20 novembre, pour célébrer la Déclaration des Droits de l’Enfant (20 novembre 1959), la Convention des Nations-Unies (20 novembre 1989) et la ratification de cette Convention par la France (7 août 1990). Cette Journée nationale est l’occasion d’attirer l’attention de l’opinion et des pouvoirs publics sur la maltraitance des enfants dans les sectes : Comment, aujourd’hui, les sectes portent-elles atteinte aux Droits de l’Enfant ?

Le premier droit de l’enfant : celui d’être conçu et de naître normalement.

La secte de la Fraternité Blanche Universelle a inventé la " galvanoplastie spirituelle " pour aider les femmes enceintes à " transformer non seulement le corps physique de leur enfant, mais aussi ses corps astral et mental ".
La secte Invitation à la vie (IVI) réunit les futures mamans, tous les mois, pour les initier à une gynécologie spirituelle qui leur permettra d’accoucher par l’harmonisation d’énergie, technique qui a nécessité parfois des césariennes.
À Ecoovie, les accouchements se font dans la nature, dans les bois environnants et debout, selon la méthode ancestrale amérindienne.
La secte des Raéliens a fondé, aux Îles Bahamas, la société Valiant Venture pour clôner les êtres humains. Coût du clônage : plus d’un million de francs.

Le deuxième droit de l’enfant : avoir un nom, une identité, une nationalité.

Chez les Enfants de Dieu, le fondateur Moïse David se vantait dans un message du Nouvel an d’avoir obtenu 4056 naissances en dix ans. Mais le plus souvent le père de ces enfants est inconnu.

Dans l’Église de la Sainte Famille, le gourou Pierre Poulain avait annoncé qu’une naissance miraculeuse allait se produire : une petite fille qui serait la mère de Jésus. Par malchance, le nouveau-né était un garçon. C’était Jésus. On l’appela Jésus-Pierre. Mais sans le déclarer. La gendarmerie s’en aperçut trois mois plus tard et fit régulariser la situation. Ainsi Jésus devint-il un citoyen républicain, détenteur d’une carte d’identité.

Le troisième droit de l’enfant : avoir un vrai père et une vraie mère.

Dans la secte Moon, on pratique le don d’enfant, appelé aussi le don d’amour, qui consiste à procréer un enfant pour le donner à un couple mooniste stérile, en faisant une fausse déclaration de paternité et sous maternité anonyme. Ainsi ces enfants ne connaîtront jamais leur vrai père et leur vraie mère.
De même encore à Ecoovie, il n’y a ni père, ni mère. Les vrais parents sont les adeptes du groupe, les mères : celles qui peuvent allaiter l’enfant.

Le quatrième droit de l’enfant : bénéficier de l’amour et de la compréhension de ses parents.

Sri Mataji, la gourelle de la secte du Sahaja Yoga, dit aux mères : " Vous ne devez pas vous attacher à votre enfant : c’est mon travail. Ces enfants sont les miens, pas les vôtres. Trop d’attachement aux enfants est un signe de dégradation ". On se rappelle le drame du petit Johan envoyé en Inde, chez Sri Mataji, à l’âge de trois ans sans ses parents.
Moon en dit tout autant : " chaque mère devrait considérer son enfant comme son ennemi. Alors, même si vos enfants pleuraient et tentaient de vous empêcher de partir, cela ne devrait pas vous faire mal ni vous briser le cœur ".

À Copenhague, siège de la Scientologie, les enfants voient leurs parents une demi-heure par jour et si leurs statistiques sont bonnes : pendant les temps d’hygiène (2h30 ou 5 heures par semaine).

Le cinquième droit de l’enfant : son développement physique.


À la secte de la Citadelle, les enfants étaient soumis, comme leurs parents, à une nourriture très frugale, avec des jeûnes répétitifs (deux fois par semaine).
Dans de nombreuses sectes, sous prétexte d’un régime végétarien, les enfants sont victimes d’une alimentation carencée en vitamines et protéines qui porte gravement atteinte à leur santé, comme chez Krishna (ni viande, ni poisson, ni œuf).

Signalons encore :

- Le manque d’hygiène, comme à Ecoovie où, pour ne pas couper le circuit vibratoire sol-plante-mangeur-déjection, il convient de déféquer par terre comme les animaux ; de même, pour avoir chaud l’hiver puisqu’on couche sous la tente, par terre, la chaleur sera fournie par un compost de détritus et de déjections.
- L’absence de soins médicaux ou pharmaceutiques : je repense à cette petite Laurie, 12 ans, leucémique, que sa mère, adepte d’IVI, a retirée de l’hôpital, la soignant par harmonisation. Elle quitte sa fille, en phase terminale, pour aller en pèlerinage en Égypte chercher des énergies telluriques qui guériraient sa fille1 .
- Des parents, Témoins de Jéhovah, refusent la transfusion sanguine pour leurs enfants.
Il y a aussi les enfants battus : comme à la secte Tabitha’s Place, pour discipliner leur nature déchue, ou à la Citadelle où l’on bat les enfants avec une ceinture pour chasser les démons, ou encore chez les Enfants de Dieu où l’on utilise la tapette à mouche mais en employant le manche qui fait trique.

Enfin il y a les horreurs des massacres d’enfants : le suicide collectif de la secte du Temple du Peuple, de Jim Jones, au Guyanna où les mères tuaient leurs enfants avant de se suicider. Plus près de nous, la mort de la petite Tania, six ans, tuée par balle, puis carbonisée dans le brasier du Vercors où furent immolées les victimes de la secte du Temple Solaire.

Le sixième droit de l’enfant : son développement intellectuel.


L’enfant doit bénéficier d’une éducation qui contribue à sa culture générale et lui permettre de développer ses facultés, son jugement personnel. Or de nombreuse sectes refusent que les enfants de leurs adeptes soient scolarisés, comme Horus pour se limiter à ce seul exemple. Un certain nombre de sectes ouvrent des écoles qui ne sont soumises à aucun contrôle, sans contrat simple, sans contrat d’association, et posent ainsi de graves problèmes quant à l’avenir intellectuel des enfants.

Mais il faut citer les méthodes d’endoctrinement auxquelles les enfants ont été longtemps assujettis chez Krishna, même en France :

3 h 30 Réveil, douche.
3 h 30 - 4 h 30 Visite du temple en compagnie des adultes, incantations.
4 h 30 - 7 h 30 Lecture du Baghavatam au temple. Tous les enfants et les adultes y assistent.
8 h 30 Petit déjeuner en compagnie des adultes, les femmes dans une pièce, les hommes dans une autre.
9 h 30 - 13 h Enseignement.
13 h - 13 h 30 Déjeuner en compagnie des adultes.
13 h 30 - 16 h 30 Activités dirigées dans des ateliers (bricolage et judo pour les garçons, cuisine, tissage et couture pour les filles).
16 h 30 - 17 h Douche.
17 h 30 - 18 h Lecture du Baghavatam faite par un adulte exclusivement pour les enfants.
18 h Coucher des enfants de 6/10 ans, les 10/15 ans se couchant en même temps que les adultes à 20 h 30.

Ainsi, entre 4 et 5 heures, les enfants chantaient le Japa, c’est à dire 108 x 16 fois le mantra Hare Krishna. Un tel matraquage, bourrage de crâne interdit tout développement des facultés de discernement, de l’esprit critique. Sans compter les enfants français qui ne connaissent même pas leur langue maternelle.

Quant à l’éducation des enfants, elle est aussi compromise par le climat de crainte, de discipline, de culpabilisation : une éducation faite d’interdits qui supprime l’épanouissement de ces enfants, leur joie de vivre.

En matière d’enseignement et d’éducation, on ne peut ignorer les efforts déployés par la Scientologie, qui non seulement ouvre des cours de rattrapage ou de déblocage scolaire, mais qui a organisé une grande campagne en adressant à tous les établissements scolaires de France un superbe album, intitulé : Éducation, alphabétisation, civilisation. " Devant le déclin de l’éducation, il existe des solutions : la méthode R. Hubbard ".

Le septième droit de l’enfant : son développement sur le plan social.

L’enfant doit bénéficier d’une éducation qui lui permette de développer ses responsabilités sociales pour devenir un membre à part entière de la société.
Les Témoins de Jéhovah offrent l’exemple le plus frappant de l’enfermement des enfants dans une secte, par l’ensemble d’interdits et de refus qui leurs sont imposés :
- refus de participer à un club, une association quelconque sportive ou humanitaire, ...
- refus d’être délégué de classe ou de voter pour élire un délégué,
- refus de célébrer les anniversaires et les fêtes (fête des mères, des pères, la Toussaint, Noël, Pâques, le Jour de l’An).

Une telle éducation est à l’inverse d’une ouverture sur le monde.

Le huitième droit de l’enfant : son développement sur le plan moral.

Au lieu de faire acquérir à l’enfant le sens de ses responsabilités morales, certaines sectes sont en fait des écoles d’immoralité, écoles du vice.
Au Mandarom, le Messie cosmoplanétaire est mis en examen suite à la plainte de Florence Roncaglia violée à l’age de 14 ans.

Chez les Enfants de Dieu, les filles de 10 ou 12 ans étaient soumises à la pratique du Flirty Fishing (prostitution) et son fondateur, Moïse David, conseillait et pratiquait l’inceste qu’il imposait à ses filles sous peine de rejet et de malédiction.
À Ecoovie, les adeptes masculins devaient pratiquer l’homosexualité.
La Cour d’Assise du Vaucluse a condamné des raëliens à 5 ans de prison dont 3 fermes pour agression sexuelle sur une fillette de 11 ans.

Guy-Claude Burger, fondateur de l’Instinctothérapie, ainsi que 4 adeptes de Montramé ont été mis en examen (dont 2 écroués) pour viols de mineurs par personne ayant autorité, corruption de mineurs ...
Inutile d’allonger la liste de ces sectes perverses.
Triste bilan ! Dans l’antiquité grecque le même mot " païs, païdos " désignait aussi bien l’enfant que l’esclave. Les enfants des sectes sont les nouveaux esclaves des temps modernes.

La législation actuelle protège-t-elle les enfants victimes des sectes ?

Il existe, en France, une législation concernant les mineurs.
Il existe en France une législation qui devrait permettre indirectement de réprimer les infractions, les délits ou les crimes commis contre les enfants par les sectes. De manière non exhaustive, on peut citer quelques dispositions de lois ou règlements administratifs :
Code pénal :
- Non assistance à personne en danger (223.6).
- Outrages aux bonnes mœurs. Attentats aux mineurs.
- Viols et agressions sexuelles. (222.22623 ).
- Incitation de mineurs à la débauche, corruption de mineurs, prostitution (227.22-225.5).
- Violence, tortures, coups et blessures, voies de fait, homicide (22.1-7).
- Détournement de mineurs. Enlèvement et séquestration de personnes (224. 1).
- Abus de l'état d'ignorance, de la situation de faiblesse ou de vulnérabilité.
- Situation de dépendance de personnes mineures (313.4-225.13, 14)
- Contrainte morale ou physique.
- Non représentation d'enfants.
- Législation sur les Associations.

Code civil :

- Protection des mineurs dont la santé, la sécurité ou la moralité sont en danger ou si les conditions de leur éducation sont gravement compromises (375 et sq).
- Manquement grave des époux à leurs devoirs (212 ; 220).
- Délaissement, abandon de mineurs entraînant mise en péril de mineurs (227.1).
- Le droit de visite et d’hébergement des grands parents (371).
Code de la Santé publique :
- Exercice illégal de la Médecine (356-372-376).
- Dispositions relatives aux vaccinations obligatoires.
Actes réglementant le régime des quêtes sur la voie publique :
(Circulaire n°308 du 9/9/1950 et n° 82-83 du 7/6/1982).

Code du Travail :

- Réglementation de l'âge et des conditions de travail concernant les mineurs.
Législation sur les associations.
Loi sur l’obligation scolaire : (28 mars 1882, ordonnance du 2 janvier 1959)
- Décret 66-104 du 18 février 1966 sur l'obligation scolaire.
- Dispositions relatives à l’ouverture et au fonctionnement des établissements privés.
Loi sur le renforcement de l’obligation scolaire : (18 décembre 1998)
- Voir l'intégralité du texte de loi n° 98-1165
Ces mesures législatives ou réglementaires concernant les mineurs paraissent nombreuses et importantes. Elles ont été renforcées par la Convention Européenne de sauvegarde des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales (art. 9) ainsi que par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (1989). Et pourtant elles ne permettent pas d’atteindre sur tous les fronts les activités perverses, dangereuses et nocives des sectes à l’encontre des enfants.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 19:03

Mettre son enfant à l’abri d’une influence sectaire

Conseil pratique donné par un avocat .

Votre enfant est soumis à l’influence des enseignements d’une secte par l’intermédiaire de votre ex-conjoint ou de votre ex-compagnon ou enfin de votre futur ex-conjoint. Les preuves dont vous disposez ne sont manifestement pas suffisantes pour obtenir la fixation de la résidence habituelle de votre enfant à votre domicile. Il ne faut pas désespérer.

Demandez à votre avocat de saisir le Juge aux Affaires Familiales de cette difficulté. Il faudra solliciter du juge en question qu’il fasse injonction de ne pas soumettre par lui-même (ou par elle-même) ou par l’intermédiaire d’un tiers, l’enfant aux enseignements en question et de le maintenir à l’écart de toute activité au sein de ce mouvement sectaire.

Ceci marquera pour vous la première étape d’une procédure certainement longue mais qui visera à obtenir la fixation de la résidence habituelle de votre enfant chez vous, loin des influences de la secte en question.

Par la suite, il vous suffira par l’intermédiaire de votre avocat d’obtenir la nomination d’un huissier de justice, à l’effet de se rendre au domicile habituel de votre enfant pour établir un inventaire des livres et revues mis à sa disposition. Si votre ex-conjoint ou ex-compagnon a fait fi de la première décision lui enjoignant de ne pas soumettre l’enfant à de pareils enseignements, vous pouvez, muni du constat d’huissier, saisir le Juge aux Affaires Familiales pour pouvoir obtenir enfin la garde de votre enfant.
Un dernier conseil et non des moindres : soyez patient !

Mais attention à ne pas être berné, ... des documents révélateurs sont vite cachés. L’huissier doit venir sans préavis.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 19:07

La grande question : " secte ou pas secte ? "


Parmi les centaines d'appels que l'ADFI reçoit chaque semaine, combien contiennent la question plus ou moins explicite, et toujours posée avec quelque anxiété : " X***, est-ce une secte ?".

Évidemment il y a bien des cas où il faut appeler un chat un chat tellement celui-là est gros, noir et bien reconnaissable. Mais il y a aussi les grisâtres, les bizarrement tigrés, les enfarinés, devant lesquels la réponse ne peut pas être aussi schématique. Il est alors de saine pratique de faire appel à l'esprit critique des interrogateurs ; et pour guider leur réflexion nous proposons des grilles d'observation .

Dans le cadre de la prévention contre les sectes, il est intéressant de présenter ici quatre grilles d’observation correspondant à quatre approches différentes :

- la première fait appel à une liste de questions personnelles à se poser devant un groupe inconnu afin de s’interroger sur sa propre attitude ou réaction face à ce groupe;
- la deuxième pointe des données très pratiques pour apprécier le comportement d’un groupe sur un plan familial, principalement si des enfants y sont impliqués;
- la troisième permet d’examiner différentes pratiques d’un groupe au regard d’une liste de 12 attitudes caractérisant les sectes à risque;
- la quatrième, moins concrète, conduit à aller plus loin dans la réflexion sur le comportement d’un groupe.

Bien entendu tous les indices mentionnés ci-dessous ne se retrouvent pas dans chaque secte dangereuse.

Questions devant un groupe inconnu


(Tract du Ministre-Président du Land de Schleswig-Holstein - 1996)
- Tu trouves dans ce groupe exactement ce que tu as toujours cherché en vain. Il sait précisément - et étonnamment - ce qui te manque..
- Dès le premier contact, il t’ouvre une vision des choses entièrement nouvelle.
- La vision du monde qu’a le groupe est d’une simplicité stupéfiante, et explique tous les problèmes.
- Il est difficile de se faire une image exacte du groupe. Tu ne dois pas réfléchir ni vérifier. Tes nouveaux amis te disent : " ça, on ne peut pas l’expliquer, il faut que tu le vives - viens donc tout de suite avec nous dans notre Centre."
- Le groupe a un Maître, un Médium, un chef ou un Gourou, qui seul est en possession de toute la vérité.
- La doctrine du groupe est considérée comme la connaissance qui est la seule et unique à être véritable. La science établie, la pensée rationnelle, l’entendement, sont refusés comme cérébraux, négatifs, sataniques ou privés de lumière.
- Les critiques exprimées par des gens extérieurs au groupe sont considérées comme la preuve que le groupe a raison.
- Le monde court à une catastrophe, et le groupe est seul à savoir comment on peut sauver le monde.
- Le groupe est l’élite et le reste de l’humanité est malade et perdu tant qu’il n’y entre pas, ou au moins ne se laisse pas sauver.
- Tu dois adhérer immédiatement.
- Le groupe se distingue du reste du monde par exemple par le costume, le régime alimentaire, un langage propre, une réglementation stricte des rapports interpersonnels.
- Le groupe veut que tu rompes toutes tes anciennes relations, parce qu’elles font obstacle à ton développement.
- Ton comportement sexuel t’est prescrit exactement, par exemple par le choix du partenaire par la direction ou bien par des pratiques sexuelles collectives ou encore par l’abstinence totale.
- Le groupe t’assigne des tâches qui remplissent tout ton temps : vente de livres ou de journaux, recrutement de nouveaux membres, assistance à des cours, méditation ...
- Il est difficile d’être seul - il y a toujours un membre du groupe auprès de toi.
- Si tu doutes, si le succès promis n’arrive pas, c’est ta propre faute, parce que, te dit-on, tu ne t’es pas assez investi ou parce que ta foi n’est pas assez forte.
- Le groupe exige une obéissance stricte à ses règles et à sa discipline - c’est l’unique voie du salut.
Si tu réponds oui à une seule des questions : ATTENTION !

Approche plus familiale

- Y a-t-il des examens prénataux pour les membres féminins qui sont enceintes ?
- Y a-t-il des déclarations légales de naissance et de mort ?
- Les enfants sont-ils vaccinés et ont-ils des soins médicaux ?
- Portent-ils si nécessaire des verres correctifs ou d'autres appareillages ?
- Les enfants suivent-ils l'école en dehors du groupe ?
- S'ils sont scolarisés dans le groupe, y a-t-il une accréditation ?
- Si les enfants vont à l'école publique, ont-ils des relations avec les autres enfants ?
- Participent-ils à des activités extra-scolaires ?
- Le groupe permet-il à des enfants étrangers au groupe de parler seul à seul avec ses enfants ?
- Les enfants extériorisent-ils des émotions caractéristiques pour des enfants de leur âge ?
- Les enfants se lient-ils avec des proches en dehors du groupe ?
- Les enfants permettent-ils à des étrangers au groupe de les toucher ?
- Les enfants répondent-ils librement et sans réserve quand on les interroge sur le groupe ?
- Sont-ils capables de soutenir une conversation ?
- Parlent-ils de leurs parents en tant que père et mère ?
- Vivent-ils seuls avec leurs parents naturels ?
- Leur est-il permis de jouer avec des enfants du voisinage ou avec des enfants indépendants du groupe ?
- Ont-ils leurs propres jouets ?
- Parleraient-ils de punitions, de qui décide de ces punitions, de quel genre, et de qui les applique ?
- Ces enfants peuvent-ils prendre des décisions selon leur initiative ?
- Vont-ils répondre aux questions librement en présence de leurs aînés sans observer s'ils ont leur approbation ?
- Ont-ils le sentiment que s'ils étaient malades ils seraient traités par un médecin ?

Liste des 12 caractéristiques des sectes à risque

- Exploitation financière des membres par l’obligation d’acquérir pour un prix excessif des cours et du matériel didactique, des séances de diagnostic et de thérapie ; extorsion de dons.
- Recrutement agressif des membres.
- Détresse physique et psychique des adeptes.
- Violation des dispositions en vigueur en matière de droit du travail et de législation sociale ; travail non rémunéré ou sous rémunéré.
- Détachement des personnes de leur environnement familial, professionnel, social.
- Refus des méthodes de soins conventionnelles et de transfusions sanguines pour soi-même et pour les enfants mineurs ; refus des soins thérapeutiques universellement et habituellement pratiqués par la communauté scientifique ; recours à des procédés thérapeutiques interdits.
- Recours à des méthodes de manipulation psychique et de conditionnement.
- Embrigadement des enfants et des adolescents dans des jardins d’enfants et des écoles sectaires.
- Recherche d’avantages financiers et politiques sous le couvert de la religion, des organisations caritatives et de l’aide au développement.
- Noyautage des structures de l’État.
- Noyautage et désorganisation des politiques commerciales et de recrute-ment du personnel des entreprises.
- Persécution des dissidents et des opposants

Modèle de réflexion sur le comportement d’un groupe


Caractéristiques des groupes idéologiques d'alternative radicale et exclusive :

fortement hiérarchisés et souvent autocratiques, autour d'un gourou ou d'un groupe directeur inamovible,
proposant et permettant par l'initiation l'acquisition de pouvoirs,
recrutant sur la base des aspirations profondes et des refus,
construisant un "nous" fusionnel standardisé contrôlant chacun,
envahissant différents secteurs de l'activité jusqu'à l'emprise,
introduisant des coupures et des ruptures de tous ordres,
modelant méthodiquement l'adepte, pour en faire à long terme un instrument du groupe,
ne se référant qu’à lui-même pour différents domaines (éthique, santé, con-naissance, comportements) éliminant ainsi diversité et réversibilité,
induisant des dangers pour le libre arbitre, et, selon les groupes, pour la santé, l’éducation, les ressources et les libertés démocratiques.

Comment percevez-vous votre groupe ?

Vous venez de rejoindre un groupe...
Nous vous proposons ici un certain questionnement, afin d'exercer votre vigilance :
Sentez-vous que vous manquez de temps à usage personnel dans le groupe ?
Manquez-vous de nourriture, de sommeil ?
Le groupe fait-il des difficultés pour téléphoner, recevoir des lettres, avoir des visites d'amis ou discuter de vos idées avec des personnes en qui vous avez confiance et qui ne sont pas dans le groupe ?
Vous demande-t-on un engagement total ne laissant aucune place à une vie privée ?
Le groupe est-il réticent pour vous accepter tel que vous êtes ?
Est-il essentiel pour lui de vous transformer en une personne totalement nouvelle et de vous faire rejeter votre référence antérieure ?
Le groupe considère-t-il comme convenable de pratiquer la tromperie quand son intérêt est en jeu ?
Le gourou vous culpabilise-t-il si vous avez des doutes ou remettez en question son enseignement ?
Etes-vous gêné par les attitudes du groupe envers les femmes ?
Les principes et les règles sont-ils différents pour le chef et pour les membres ?

Si vous pouvez répondre « OUI » à quelques-unes de ces questions vous devez vous montrer particulièrement attentif, surtout, si tout, dans le groupe, paraît MERVEILLEUX.
Si UN OU PLUSIEURS DE CES ASPECTS vous semblent suspects, n'hésitez pas à vous renseigner auprès de l'ADFI la plus proche.
Plus l'engagement dans le groupe est ancien, plus la sortie est délicate.
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par drakaon le Ven 21 Avr - 19:20

Liste des Sectes établie par le Rapport Parlementaire de 1996


-ADLEIF
Association de défense des libertés d’expression dans l’institution française Alliance Rose Croix / Association Recherches Culturelles Alliance universelle ALPHA (Ass. culturelle)
-Association Culturelle ALPHA Amis de la croix glorieuse de Dozule Amis de la Science du non être de France
-Association Vo Vi de France - Amis de la Science du non être de France AMPARA -ANTHROPOS - Association pour la recherche sur le développement holistique de l’homme Antoinistes
-Culte Antoiniste APPAI
-Association pour la promotion des arts industrieux APRES
-Association pour la recherche et l’étude de la survivance (APRES) Arche de Marie Ares
L’oeil s’ouvre ASPIRAL Association Culturelle ALPHA Association de défense des libertés d’expression dans l’institution française (ADLEIF) Association de méditation en France Association de soutien à l’oeuvre de Sundari - L’Ecole de l’essentialisme Association Le Droit de survie Association Lucien J. Engelmajer Association Nouvelle Acropole France -(ANAF) Association pour l’unification du christianisme mondial Association pour la promotion des arts industrieux (APPAI) Association pour la recherche et l’étude de la survivance (APRES) Association pour la recherche sur le développement holistique de l’homme
-ANTHROPOS - Association pour la recherche sur le développement holistique de l’homme -Association Recherches culturelles
-Alliance Rose Croix / Association Recherches Culturelles Association spirituelle d’Haidyakhan Association Sri Chinmoy de Paris Association Subud de France - Susila Dharma France Association Vo Vi de France - Amis de la Science du non être de France -ATHANOR AUCM
-Association pour l’unification du christianisme mondial Avatar (Méthode)
-Star’edge international - Méthode Avatar AZAZEL INSTITUTE INC Boucheries
-Communauté les Boucheries Brahma Kumaris (Université spirituelle internationale) -Cagliostro
-Grande loge souveraine internationale magique et theurgique de rite égyptien - -Cagliostro CDICPC
-Centre de documentation et d’information et de contact pour la prévention du cancer CEDIPAC SA (ex-GEPM) Centre d’applications psychiques " Raphaël " Centre d’épanouissement et aide François de Sales Centre d’études Gnostiques Centre d’information OSHO Centre de développement humain Centre de documentation et d’information et de contact pour la prévention du cancer Centre de méditation -Mahatayana Centre de thérapie Dalmatie Centre de vie chrétienne
-Vie chrétienne en France - Centre de vie chrétienne Centre du cygne Djivana Prana - -Source de vie Centre du Paraclet Centre international de parapsychologie et de recherche scientifique du Nouvel Age Cercle initiatique de la licorne Wicca occidentale -Chevaliers du Lotus d’or (Mandarom) Clé de l’univers Club prélude à l’Age d’or Coeur immaculé de Marie (Ordre du)
-Reine de la paix - Ordre du coeur immaculé de Marie Comètes oxygènes - Le moulin du soleil Communauté de la Thébaide Communauté des petits frères et des petites soeurs du Sacré-coeur Communauté les boucheries Communauté pour la propagation de la vie universelle Communion de Satonnay Conscience de Krishna
-Fédération française pour la conscience de Krishna Contre Réforme Catholique
-Communauté des petits frères et des petites soeurs du Sacré-coeur Corps miroir (Le)
-Loisirs et santé - Le corps miroir Cosmicia Cosmos - Intuition - Ailes CRC
-Communauté des petits frères et des petites soeurs du Sacré-coeur Culte Antoiniste -Dakpo Shampa Kadgyu Dalmatie
-Centre de thérapie Dalmatie Dharma Sah
-Paris Dharma Sah - Lotus Sangha European social buddhism Djivana Prana - Source de vie
-Centre du Cygne Djivana Prana - Source de vie Domaine d’Ephèse E.T.R.E.
-Etude tradition et recherche en énergétique (E.T.R.E.) ECEM
-Espace culturel Etre maintenant (ECEM) Eckankar France Ecole de l’essentialisme
-Association de soutien à l’oeuvre de Sundari Ecole de préparation de l’évacuation extra-terrestre Eglise de scientologie de Paris Eglise du Saint Esprit de Jésus
-Iesu no mitama kyokai (Eglise du Saint Esprit de Jésus) Eglise évangélique de Pentecôte de Besançon Eglise Khristique de la Jérusalem Nouvelle ordre de Raolf, d’Arnold et d’Osmond Eglise néo-apostolique de France Eglise philosophique Luciférienne Eglise universelle de Dieu Eglise universelle du royaume de Dieu Eglises du Christ international en France Eija El - Etre son corps Elan vital (Fondation)
-Fondation Elan vital Emissaries of the divine light Energie et création - Energie et créativité Energie humaine et universelle France - HUE France Energy world Enfant de Dieu
-La famille (ex-enfant de Dieu) Enseignement et thérapie de recherches évolutives -Ephèse
-Domaine d’Ephèse Ermitage du Christ de la paix Espace culturel Etre maintenant (ECEM) -Essentialisme
-Association de soutien à l’oeuvre de Sundari - L’Ecole de l’essentialisme Etre - Exister - -Energétique Etre maintenant
-Espace culturel Etre maintenant (ECEM) Etre son corps
-El - Etre son corps Etude tradition et recherche en énergétique (E.T.R.E.) -Evangélisation mondiale
-La parole de foi - Evangélisation mondiale Faculté de parapsychologie Famille de Nazareth Fédération française pour la conscience de Krishna Fédération internationale pour le développement de l’alimentation instinctive (FIDALI) FIDALI
-Fédération internationale pour le développement de l’alimentation instinctive (FIDALI) -Fondation Elan vital Fondation Saint-Germain Frank Natale
-Institut Frank Natale Fraternité blanche universelle Fraternité Notre Dame GEPM
-CEDIPAC SA (ex-GEPM) Grande loge souveraine internationale magique et theurgique de rite égyptien - Cagliostro Harmonia
-Oxyon 777 Harmonie holistique Horus
-Centre International de parapsychologie et de recherche scientifique du Nouvel Age -HUE France
-Energie humaine et universelle France - HUE France Humana France - TVIND Iesu no mitama kyokai (Eglise du Saint Esprit de Jésus) Imagine Innergy
-Insight seminars - Innergy Insight seminars - Innergy Instinctothérapie
-Fédération internationale pour le développement de l’alimentation instinctive (FIDALI) -Institut de psychanimie Institut de recherche physique et conscience Institut de recherches psychanalytiques Institut de Saint-Preux Institut de science védique -Maharishi Paris - C.M.P.- Club pour méditants (" Méditation transcendentale ") Institut des sciences holistiques de l’Ouest Institut Frank Natale Institut pour la recherche du bonheur de l’homme
-Kofuku no kagaku (institut pour la recherche du bonheur de l’homme) Institut théologique de Nîmes Invitation à la vie intense IVI
-Invitation à la vie intense Jérusalem Nouvelle Ordre de Raolf, d’Arnold et d’Osmond
-Eglise Khristique de la Jérusalem Nouvelle Ordre de Raolf, d’Arnold et d’Osmond Kofuku no kagaku (institut pour la recherche du bonheur de l’homme) Krishna
-Fédération française pour la conscience de Krishna L’arbre au milieu L’Eglise à Paris L’oeil s’ouvre La famille (ex-Enfants de Dieu) La maison de Jean La nouvelle ère La parole de
-Evangélisation mondiale La science du mental La suicide des rives La voie de la lumière (unité de recherches pour l’évolution de la lumière) La voie internationale Landmark education international - Le forum Le club des surhommes Le corps miroir
-Loisirs et santé - Le corps miroir Le grand logis Le moulin du soleil
-Comètes oxygènes - Le moulin du soleil Le Patriarche
-Association Lucien J. Engelmajer Le village du verseau Lectorium rosicrucianum (Rose-Croix d’or) Les amis de la confrérie Saint-Andréas Les amis de Marie - Les pauvres de Marie Les Boucheries
-Communauté les Boucheries Les croisés de la nouvelle Babylone Les jardins de la vie -Loisirs et santé - Le corps miroir Lotus Sangha European social buddhism
-Paris Dharma Sah - Lotus Sangha European social buddhism Lumière dorée Lumière du Maat Maat
-Lumière du Maat MAEV Maha Shakti Mandir Mahatayana
-Centre de méditation Mahatayana Mahikari
-Sukyo Mahikari - Lumière de vérité Mandala 33 Mandarom
-Chevaliers du Lotus d’or Méditation transcendentale
-Institut de science védique Maharishi Paris - C.M.P.- Club pour méditants (" Méditation transcendentale ") Méthode Avatar
-Star’edge international - Méthode Avatar Méthode Sylva de contrôle mental Mission Swami Atmananda Atma Bodha Satsanga Mission Timothée Moon
-Association pour l’unification du christianisme mondial Moulin du soleil (Le)
-Comètes oxygènes - Le moulin du soleil Mouvement du Graal en France Mouvement humaniste Mouvement Raëlien français
-Nouvelle Acropole France (Ass.)
-Association Nouvelle Acropole France (ANAF) OCC
-Office culturel de Cluny - Fédération nationale Office culturel de Cluny - Fédération nationale Ogyen Kunzang Choling Ontologie méthodique culture et tradition Ordo Templi Orientis Ordonnance des scribes scientifiques et des mystères initiatiques Ordre apostolique - Thérapeutic healing environment Ordre des chevaliers de France et de la Trinité Sainte Ordre du coeur immaculé de Marie
-Reine de la paix - Ordre du coeur immaculé de Marie Ordre du Graal ardent Ordre du lys et de l’aigle Ordre du temple universel Ordre monastique d’Avallon Ordre rénové du Temple (ORT) ORT
-Ordre rénové du Temple (ORT) OSHO
-Centre d’information OSHO Oxyon 777 (ex-Harmonia) Paraclet
-Centre du Paraclet Parapsychologie
-Faculté de parapsychologie Paravidya sagesse suprême Paris Dharma Sah - Lotus -Sangha European
-social buddhism Partage international communication Patriarche (Le)
-Association Lucien J. Engelmajer Pauvres de Marie (Les)
-Les amis de Marie - Les pauvres de Marie Petits frères et des petites soeurs du -Sacré-coeur (Communauté des)
-Communauté des petits frères et des petites soeurs du Sacré-coeur Philosophe de la nature Prélude à l’Age d’or (Club)
-Club prélude à l’Age d’or Propagation de la vie universelle
-Communauté pour la propagation de la vie universelle Psychanimie (Institut de)
-Institut de psychanimie Raël
-Mouvement Raëlien français Raja Yoga
-Université spirituelle internationale des Brahma Kumaris Raphaël
-Centre d’applications psychiques " Raphaël " Recherche du bonheur de l’homme (Institut pour la)
-Kofuku no kagaku (institut pour la recherche du bonheur de l’homme) Recherche physique et conscience
-Institut de recherche physique et conscience Recherche sur le développement holistique de l’homme (Ass. pour la)
-ANTHROPOS - Association pour la recherche sur le développement holistique de l’homme Recherches culturelles (Association)
-Alliance Rose Croix / Association Recherches culturelles Recherches psychanalytiques
-Institut de recherches psychanalytiques Red concept limited Reine de la paix - Ordre du coeur immaculé de Marie Reiyukai Révélation de la 7ème heure Rose-Croix d’or
-Lectorium rosicrucianum (Rose-Croix d’or) Sahaja Yoga
-Viswa Nirmala Dharma - Sahaja Yoga Saï Baba
-Union des associations centres et groupes Sri Sathya Sai Saint Bani Saint-Germain
-Fondation Saint-Germain Saint-Preux (Institut de)
-Institut de Saint-Preux Samaj
-Association spirituelle d’Haidyakhan Saman Sanctuary Satonnay
-Communion de Satonnay Savoir changer maintenant Science védique Maharishi Paris - C.M.P.- Club pour méditants (" Méditation transcendentale ")
-Institut de science védique Maharishi Paris - C.M.P.- Club pour méditants (" Méditation transcendentale ") Sciences holistiques de l’Ouest (Institut des)
-Institut des sciences holistiques de l’Ouest Scientologie
-Eglise de scientologie de Paris Seimeikyo Europe SEN
-Spiritual Emergence Network France - Respiration (SEN) Shinji Shumeikai France Shri Ram Chandra Mission France Siderella Sister mouvement rasta Société holosophique de France Société internationale de trilogie analytique - SARL - Soka Gakkai internationale -France Source de vie
-Centre du Cygne Djivana Prana - Source de vie Spiritual Emergence Network France - Respiration (SEN) Sri Chinmoy (Ass.)
-Association Sri Chinmoy de Paris Sri Sathya Sai
-Union des associations centres et groupes Sri Sathya Sai Star’edge international - -Méthode Avatar Subud de France (Ass.)
-Association Subud de France - Susila Dharma France Sukyo Mahikari - Lumière de vérité Sundari
-Association de soutien à l’oeuvre de Sundari - L’Ecole de l’essentialisme Susila Dharma France
-Association Subud de France - Susila Dharma France Swami Atmananda Atma Bodha Satsanga (Mission)
-Mission Swami Atmananda Atma Bodha Satsanga Tabitha’s Place
-Ordre apostolique - Thérapeutic healing environment Témoins de Jéhovah Thébaide
-Communauté de la Thébaide Thérapeutic healing environment
-Ordre apostolique - Thérapeutic healing environment Timothée (Mission)
-Mission Timothée Tradition Famille Propriété Trans-mutations Trilogie analytique (Société internationale de)
-Société internationale de trilogie analytique - SARL - TVIND
-Humana France - TVIND Union des associations centres et groupes Sri Sathya Sai Unité de recherches pour l’évolution de la lumière
-La voie de la lumière (unité de recherches pour l’évolution de la lumière) Université spirituelle internationale des Brahma Kumaris Venture Vie chrétienne en France - Centre de vie chrétienne Viswa Nirmala Dharma - Sahaja Yoga Vital Harmony SA Vo Vi de France -Amis de la Science du non être de France
-Association Vo Vi de France - Amis de la Science du non être de France Wicca
-Cercle initiatique de la licorne Wicca occidentale
Anonymous
drakaon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par bloodlines le Mar 30 Mai - 18:44

[b :yazza: ]c'est vraiment très complet .j avoue c'est du boulot[/b]
bloodlines
bloodlines
Sera la tienne

Féminin
Nombre de messages : 694
Age : 42
Localisation : ENTRE LA VALLEE ET LE PIC
Date d'inscription : 27/05/2006

Feuille de personnage
race: elfe

Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par niork le Dim 4 Juin - 2:54

sectes et religions,religions et sectes...? religions inventions de l'homme pour diviser afin de mieux régner..... :flingue: :dictateur: :grrrrr: :grrrrr: :gun:
niork
niork
Me confesser la vie

Masculin
Nombre de messages : 901
Age : 50
Localisation : seine saint denis
Date d'inscription : 26/05/2006

Feuille de personnage
race: vampire

http://www.myspace.com/niorky

Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par Diaphane le Dim 23 Juil - 1:54

nous revenons à un débat.

Deux femmes sont venue me voir un matin alors que je trainais en robe de chambre dans le jardin lol (bienvenue chez les allumés)
Bref c'été des temoisn de jeovah, on a un peu discuté de tout, c'été interressant, car je suis curieuse de toute croyance existante, (ben oui j'ai lu la bible, reçu des enseignements musulmans, intérréssé trés fortement au boudhisme...) .Elles m'ont simplement expliqué leurs croyance, car avant je ne connaissais pas vraiment leurs but.

Elle m'ont offert un bouquin, sur les origine du monde d'aprés leurs conception, je l'ai lu, avec une certaine reserve.Mon principe est simple je m'interresse aux religions pour un but culturel, et pas vraiment personel, vers la croyance je veux dire..

Je pense croire encore un peu ( rien q'un peu ) dans les choses bonnes que l'homme peut créer de part sa volonté.Je crois aussi dans les enfants, nouveauté de notre monde...Et aussi, mais c'est plus mystique en certains principes de la réincarnation ,ou transmigration des âmes ( la fameuse métempsycose de Pythagore !!)
Diaphane
Diaphane
Marquise des portes

Féminin
Nombre de messages : 436
Localisation : Lille
Date d'inscription : 28/03/2006

Feuille de personnage
race: vampire

http://metamorphosis.cultureforum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par Bathorya le Dim 23 Juil - 2:10

Topic vraiment complet.

ÐIåþhªn€ tu as la patience d'écouter ces témoins de jeovah, et d'être tombée sur des personnes sympathiques car pour certaines c'est du bourrage de crâne complet, aucun moyen de discuter...

Je suis d'accord sur certains point de ton dernier paragraphe, notamment les enfants et le côté mystique comme tu dis, ce point m'est encore assez controversé.(par moi même lol)
Pourrais-tu développer un p'tit peu plus ce thème? enfin si tu veux bien sûr...de plus que c'est assez HS par rapport au sujet de départ, rhum...donc si cette question reste sans reponse, pas grave...

Pour finir, il y a peu lors d'un festival une secte à tendance "bab" s'est incrustée dans ce fest, et il m'on refilé un fly...ah ah ah c'est éloquent! Je mettrais plus tard son contenu.
Bathorya
Bathorya
Je veux qu'on s'associe

Féminin
Nombre de messages : 306
Age : 31
Localisation : En vadrouille
Date d'inscription : 29/03/2006

Feuille de personnage
race:

Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par Mrs Jack le Dim 23 Juil - 11:09

Mais pourquoi secte?

L'ethymologie comme drakaon la dis viens du mot couper... Mais secte ne signifi seulement groupe couper des autres... Toutes les religions sont des sectes a partir du moment ou elle est couper d'un autre groupe de personne...

Et pour information, je connais plus que bien l'ADFI, je connais la dirigeante... Elle a créé cette organisation pour motif purement personnel... Je l'ai rencontré, nous avons discuté et j'ai vue dans ses yeus de la haine... de la pure haine envers les TJ... Elle ma expliqué sommairement que un membre de sa famille a été TJ (sa soeur il me semble) et qu'elle s'est marié avec un TJ... Et de la est partie la querelle...

Et quand je vois:
"Dangers pour l'individu
déstabilisation mentale
exigences financières exorbitantes
rupture de l'adepte avec l'environnement d'origine
atteinte à l'intégrité physique des adeptes
embrigadement des enfants
Dangers pour la collectivité
discours clairement antisocial
troubles à l'ordre public
importance des démêlés judiciaires
détournement des circuits économiques
infiltrations ou tentatives d'infiltrations"

Cela me fait penser au catholicisme... Aux chrétiens...
Anonymous
Mrs Jack
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par bloodlines le Dim 23 Juil - 11:25

Mrs Jack a écrit:
Mais pourquoi secte?

L'ethymologie comme drakaon la dis viens du mot couper... Mais secte ne signifi seulement groupe couper des autres... Toutes les religions sont des sectes a partir du moment ou elle est couper d'un autre groupe de personne...

Et pour information, je connais plus que bien l'ADFI, je connais la dirigeante... Elle a créé cette organisation pour motif purement personnel... Je l'ai rencontré, nous avons discuté et j'ai vue dans ses yeus de la haine... de la pure haine envers les TJ... Elle ma expliqué sommairement que un membre de sa famille a été TJ (sa soeur il me semble) et qu'elle s'est marié avec un TJ... Et de la est partie la querelle...

Et quand je vois:
"Dangers pour l'individu
déstabilisation mentale
exigences financières exorbitantes
rupture de l'adepte avec l'environnement d'origine
atteinte à l'intégrité physique des adeptes
embrigadement des enfants
Dangers pour la collectivité
discours clairement antisocial
troubles à l'ordre public
importance des démêlés judiciaires
détournement des circuits économiques
infiltrations ou tentatives d'infiltrations"

Cela me fait penser au catholicisme... Aux chrétiens...

Peut etre en effet . De tout temps, et de la part de toutes le religions, les cultes essaient de grossir leur rang. Mais un individu à l'aide de sa pensée critique est libre d'accepter ou de refuser.
bloodlines
bloodlines
Sera la tienne

Féminin
Nombre de messages : 694
Age : 42
Localisation : ENTRE LA VALLEE ET LE PIC
Date d'inscription : 27/05/2006

Feuille de personnage
race: elfe

Revenir en haut Aller en bas

Les sectes et leurs dangers Empty Re: Les sectes et leurs dangers

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser